TV

Thierry Beccaro : "Je suis plutôt bon comédien"

Dans l’épisode de Commissaire Magellan diffusé samedi 17 octobre à 21 h 05, l’ex-animateur de Motus joue le rôle d’un illuminé aux côtés de Jacques Spiesser. Il savoure sa «nouvelle» vie.

Comment avez-vous reçu cette proposition de rôle ?

Thierry Beccaro : Je venais, à l’époque, d’arrêter ma collaboration avec France Télévisions. Magellan, c’est une série que je regarde de temps en temps, et là, ça m’a fait bizarre de me retrouver chez lui ! Je suis heureux de renouer avec la fiction. Depuis mes apparitions dans La Crim’ et Avocats & Associés, je n’ai pas beaucoup tourné. Je ne comprends pas pourquoi France Télévisions n’a pas plus exploité cette capacité que j’ai, comme TF1 le fait avec Jean-Luc Reichmann, qui anime Les 12 Coups de midi !, et à qui on a confié la série Léo Mattéï. Je suis plutôt bon comédien et j’ai une complicité avec le public.

Votre personnage, Édouard, est un maître spirituel végan, en couple avec Barbara (Agnès Soral). Comme lui, êtes-vous adepte du «manger sain» ?

Je fais attention. J’ai toujours voulu être un présentateur présentable. Chez moi, on mange de moins en moins de viande. Je suis cerné par les légumes et les graines grâce à mon fils et ma fille. Je mange mon quinoa, mes lentilles, mes pois… Mais c’est mon seul point commun avec Édouard. Je ne suis ni un gourou ni un escroc.

Vous avez repris au théâtre la tournée de Faut que ça change, une pièce de et avec Éric Le Roch…

On a la chance d’être reparti. On joue à Deauville, par exemple, le 14 novembre. J’incarne le mari d’un couple qui s’ennuie et qui s’aime sans être heureux.

Que pensez-vous du retour d’un jeu en matinée sur France 2, Mot de passe, un an après la disparition de Motus ?

C’est une très bonne chose pour les téléspectateurs. Quand j’y repense… Avec Motus, je devais ne rester que deux mois à l’antenne et j’y suis resté trente ans. Quand j’ai prévenu la direction de la chaîne que je voulais arrêter, j’avais suggéré le nom de Damien Thévenot pour me remplacer. On m’a dit : "Motus sans vous, ce n’est plus la même chose." C’était un beau compliment.

Eu égard à votre expérience, vous avez pris la parole au sujet des enfants battus pendant le confinement. Quel message souhaitiez-vous transmettre ?

J’ai enregistré un témoignage sur le confinement intra-familial à l’attention des enfants pour qu’ils appellent le 119 en cas de maltraitance. J’ai moi-même décroché mon téléphone pour remercier toutes ces personnes qui répondent 24h/24 en tout anonymat !

Source: Lire L’Article Complet