Slow, chenille… Les chroniqueurs de C à vous en plein délire avant la fermeture des boîtes de nuit

Ce jeudi 9 décembre était une soirée spéciale sur le plateau de C à vous. Et pour cause, Bertrand Chameroy a invité tous les chroniqueurs à danser à l’occasion de la fermeture des boites de nuit.

Les équipes de C à vous ne se sont pas laissées abattre. Alors que ce jeudi 9 décembre était le dernier jour pour aller en discothèques, avant leur fermeture pour quatre semaines, Bertrand Chameroy a décidé de célébrer cette dernière soirée comme il se devait. "C’est donc la dernière occasion de se déhancher en boite et parce qu’on a qu’une vie et qu’il faut profiter de chaque instant, je propose qu’on commence maintenant", lance-t-il. Au programme : cotillons, slow avec Anne-Elisabeth Lemoine et même chenille en compagnie de Patrick Cohen.

Léa Seydoux, invitée pour l’occasion, n’en croyait pas ses yeux ! Il est vrai que cette ambiance survoltée a surpris tout le monde ! Bertrand Chameroy a clairement mis le feu au plateau pendant quelques secondes, laissant un Orelsan, décontenancé, regardant toute la troupe en train de s’amuser. "C’est la télévision en 2021 et ce sera pire en 2022", annonce Anne-Elisabeth Lemoine, avec le sourire. "Bon heureusement qu’il y a des vrais artistes", continue-t-elle en présentant le nouvel opus du rappeur.

Danser pour le dernier soir

Malheureusement, les discothèques et les boîtes de nuit ont bel et bien fermé leurs portes. Le gouvernement a pris cette décision suite à l’augmentation des cas de Covid, notamment liée au virus Omicron. Le gouvernement souhaite faire baisser de 10% les contaminations "C’est pour ça qu’à part les discothèques, il n’y a pas d’autres mesures de contraintes ce soir, mais l’exécutif ne cache pas que si ce n’est pas suivi d’effets, il pourrait y avoir des mesures beaucoup plus strictes dans les semaines à venir", a expliqué le journaliste de France Info, Guillaume Daret. L’objectif est de "faire prendre conscience aux Français de l’aggravation de cette situation sanitaire, ne pas les faire paniquer, mais les alerter sur la réalité", a-t-il expliqué.

Source: Lire L’Article Complet