TV

ONPC (France 2) : Camélia Jordana ne se "sent pas en sécurité face à un flic" et dénonce les violences policières (VIDEO)

Dans un débat face à Philippe Besson dans “On n’est pas couché”, Camélia Jordana a confié craindre les forces de l’ordre.

Ce samedi 23 mai marquait le retour d’On n’est pas couché, dans des conditions très spéciales et sans spectateurs puisque les gestes barrière, dont la distanciation spéciale, doivent toujours être respectés en cette période de déconfinement. Philippe Besson, chroniqueur du soir aux côtés de Valérie Trierweiler, a débattu avec Camélia Jordana à propos l’augmentation des violences policières qui choque, notamment depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes. 

Alors que Philippe Besson déplorait les consignes de l’Etat données aux policiers, la chanteuse a éclairci son point de vue. “Je ne parle pas des manifestants ! Je parle des hommes et des femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue et qui se font massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau. C’est un fait“. “Je suis d’accord“, a répondu l’écrivain, avant de rappeler que les forces de l’ordre assurent notre sécurité. “Ils sont censés. Mais il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic et j’en fais partie. Aujourd’hui, j’ai les cheveux défrisés, quand j’ai les cheveux frisés je ne me sens pas en sécurité face à un flic en France. Vraiment !“, a rétorqué l’artiste révélée par Nouvelle Star.

À lire également

Laurent Ruquier tacle cet ancien chroniqueur de On n’est pas couché : “On ne peut pas cracher dans la soupe comme il l’a fait”

Et lorsque son contradicteur a souligné les violences contre les policiers, qui augmentent également, Camélia Jordana a estimé que ce phénomène fait beaucoup moins de victimes. “Pas par des milliers de personnes en fait ! C’est comme me parler de féminisme et de me dire : ‘Oui, mais quand même, il y a des gonzesses qui…’. Non ! Le combat est tel qu’on ne peut pas voir (…) l’arbre qui cacherait la forêt et qui permettrait de minimiser le combat dont il est question. Je suis désolée. (…) Je suis farouche, hein ?“, a-t-elle plaisanté en direction de Laurent Ruquier en s’esclaffant.

C’est là où les opinions divergent profondément entre les deux débatteurs. “Justement, je pense que c’est l’arbre qui cache la forêt. On ne sera pas d’accord là-dessus. Je pense que (…) 95% des flics font bien leur travail et que les situations que vous évoquez, qui sont insupportables, mais elles sont minoritaires“, a déclaré Philippe Besson. “Quotidiennes. Quo-ti-diennes ! Beaucoup trop nombreuses“, a insisté celle qui a interprété sur le plateau en live Fragile, son nouveau single.

Mais je l’entends, je ne remets pas ça en question. Je suis simplement en train de vous dire (…) qu’à chaque fois qu’un homme ou une femme – enfin généralement ce sont les hommes qui se font tuer – noir, arabe ou tout simplement pas blanc… S’il y avait autre chose que des non lieux en permanence, s’il y avait autre chose qu’une Assa Traoré qui se fait mettre en examen ! Mise en examen ? Elle a d’autres frères en prison aujourd’hui. Si on avait autre chose comme image, peut-être que les flics ne seraient pas détestés“, a conclu Camélia Jordana, regrettant que les policiers violents ne soient pas condamnés. La soeur d’Adama Traoré, mort en 2016 à 24 ans lors d’une interpellation à leur domicile par des gendarmes, a été attaquée pour diffamation fin 2019 par ces mêmes gendarmes qui ont fait appel à maître Rodolphe Bosselut, connu pour avoir défendu Marine Le Pen. L’intervention de l’invitée de Laurent Ruquier a provoqué tellement de réactions sur Twitter qu’elle figurait ce dimanche matin à la deuxième place des sujets les plus disuctés.

Nicolas Perron

Source: Lire L’Article Complet