TV

Nicolas Anselmo : "J’aimerais que chacun se retrouve en Eliott"

Atypique, attachant et désormais au centre des bouleversements qui agitent la famille Delobel, Eliott Prévost figure parmi les héros emblématiques d’Ici tout commence (du lundi au vendredi, à 18 h 30, sur TF1). Rencontre avec son interprète, Nicolas Anselmo.

Télé star : Eliott pensait-il ce qu’il disait lorsqu’il a demandé à Greg de ne plus l’approcher ?

Nicolas Anselmo : Très souvent, quand on ressent des choses pour quelqu’un, on réagit à contrecœur, on fait le contraire de ce que l’on pense. Quand Eliott a demandé à Greg de ne plus l’approcher, c’est comme s’il lui avait crié: "Embrasse-moi et prends-moi dans tes bras !" Pour moi, il y a toujours quelque chose de très fort.

Qu’aimeriez-vous que le parcours d’Eliott suscite chez les téléspectateurs ?

J’aimerais qu’au bout du compte chacun se retrouve en lui. Au-delà du look et des préférences sexuelles, on a tous une âme, c’est elle qu’il faut regarder. Peu importe si tu aimes les filles ou les garçons. Si tu as vraiment envie d’aller vers quelqu’un, fais-le !

Transsexuel, pansexuel, bisexuel… Pensez-vous que tout le public fait la part des choses, notamment les générations plus âgées ?

Personnellement, je préfère ne pas accorder trop d’attention à tous ces termes. Les mots sont là pour se reconnaître, s’identifier, mais il ne faut pas s’enfermer dedans. Par ailleurs, je reçois beaucoup de messages de gens âgés qui adorent mon personnage.

Joseph Malerba (le chef Benoît Delobel) nous a confié sa difficulté à être extrêmement violent avec votre personnage. Comment l’avez-vous vécu ?

Ça n’a pas été très compliqué. D’abord parce qu’on communique beaucoup et que je sais prendre une certaine distance. Une fois la scène finie, je mets tout cela à la poubelle. Même si j’ai pu vivre des situations semblables, je sais qu’il ne s’adresse pas à moi. Tout ça, c’est terminé.

Que s’est-il passé ?

J’ai fait un travail sur mon enfant intérieur. Il reste sûrement deux ou trois choses à régler car on passe notre vie à essayer d’avancer, mais j’ai fait que j’avais à faire. Et aujourd’hui, le petit Nicolas en moi est apaisé…

Source: Lire L’Article Complet