TV

« J’aurais aimé plus me voir », confie Ava sur le montage de « Koh-Lanta »

  • Le douzième épisode de Koh-Lanta diffusé ce vendredi 13 novembre a été marqué par une double élimination : celle de Fabrice lors de l’épreuve d’immunité et celle de Ava au conseil.
  • La candidate corse a tout tenté pour sauver sa place et a même fait semblant d’avoir trouvé un collier d’immunité.
  • « Je n’ai aucun regret sur mon aventure, sur ce que j’ai pu dire ou faire à mes copains d’aventure », raconte-t-elle à 20 Minutes​.

Elle est passée tout près de l’élimination lors de l’épreuve d’immunité, mais les stratégies des aventuriers l’ont rattrapée quelques heures plus tard. Ce vendredi, et sans trop de surprise, le flambeau de Ava a été éteint par Denis Brogniart à l’issue du conseil de Koh-Lanta. Dorian aurait pu lui éviter cette fatalité, mais le contrôleur
SNCF a préféré s’assurer une place en finale auprès de Lola.

Ava, c’est la candidate quelque peu desservie par le montage de cette saison du jeu de TF1, celle dont on connaît le prénom après un mois de diffusion. Mais elle l’assure à 20 Minutes, cela ne reflète pas son aventure.

Dans quel état d’esprit étiez-vous au moment de votre élimination ?

Sachant que Brice avait gagné l’épreuve d’immunité, je m’y attendais. En tant qu’ancienne Rouge, ne faisant pas partie de l’alliance de Lola et avec Fabrice qui part en élimination directe, c’était l’extinction des Rouges. Je m’y attendais donc j’ai tenté le tout pour le tout. Je suis allée au bout de moi-même, à chercher un collier mais apparemment, il n’y en avait plus parce que j’ai bien cherché. J’ai borné toute l’île, j’ai quand même tenté un petit coup de bluff pour les mettre un peu en panique. Mais au fond de moi, je savais que c’était cuit mais je voulais mettre un peu de folklore pour la fin.

Le coup de bluff du collier d’immunité, vous y avez vraiment cru ?

Angélique, je vais la voir car je sais qu’elle n’a pas spécialement envie de me voir partir, même si elle vote contre moi de par son alliance. Si je le dis à Angélique, c’est parce que je savais qu’elle allait me croire et je voulais qu’elle aille le dire à Lola. Ça pouvait semer la zizanie et ils auraient pu dispatcher les votes. Angélique n’aurait pas eu de souci à passer le mot, non pas pour me la mettre à l’envers mais pour que Lola sache qu’il fallait dispatcher les votes. Mais j’y crois ! Quand je vois sa réaction, je me dis qu’elle est vraiment contente que j’aie le collier, ça me fait plaisir mais j’aurais préféré qu’elle soit un peu plus en panique (rires).

Pas de déception, donc ?

Je m’attendais à mon élimination, donc dans ma tête, je m’étais déjà faite à l’idée. Je suis surtout frustrée de mes dernières contre-performances parce que je suis très fatiguée sur la fin. La sortie était attendue donc je suis apaisée. Ce n’est pas une grande surprise et je suis dans l’acceptation. J’ai fait mon taf et même si je m’en veux d’avoir perdu, je suis quand même arrivée jusque-là.

Sur le camp, on voit une division entre Brice et Lola. Comment vous situez-vous par rapport à ça ?

Sur le camp, je suis légitime et méritante, j’ai toujours le mot qui fait rire, je n’ai pas de côté malsain ou qui peut agacer. Je vis mon aventure, ça me fait plaisir d’être avec des gens, je joue un jeu aussi donc il faut se méfier mais ça me fait plaisir de faire plaisir aux autres. Et je ne suis pas une athlète qui fait peur sur les épreuves.

Au premier jour, lorsque vous voyez que les équipes sont faites en fonction de l’appartenance régionale, que vous dites-vous ?

Je me suis dit deux choses : la première c’est « ouhlala » et la deuxième, c’est « trop stylé ». On a le stéréotype du Sud, je me suis dit qu’ils nous avaient mis tous les clichés, avec des gens qui parlent fort et qui s’énervent. Je me suis dit qu’il allait falloir temporiser tout ça. Mais c’est ce qui me plaît aussi, on peut être très violents sur certains trucs mais on est très francs. Je me suis dit que c’était un mal pour un bien. Et surtout trop stylé parce que je trouve la thématique de cette année énorme. Le chauvinisme rassemble tous les Français et pour moi qui suis Corse, on est très fiers et c’était un de mes objectifs en allant faire Koh-Lanta, je voulais rendre fière mon île. On a ce côté fierté qui est mis en avant. Ça rassemblait toutes mes attentes.

Vous êtes passée pour la candidate discrète de cette saison, mais on imagine que ce n’était pas le cas sur le camp ?

Je ne l’ai pas du tout vécu comme je le vois à la télé. Evidemment, on résume trois jours sur une heure et quarante minutes. Je n’ai aucun regret sur mon aventure, sur ce que j’ai pu dire ou faire à mes copains d’aventure. Je sais qu’ils gardent une bonne image de moi et que j’ai laissé une trace de par mon caractère, mon côté manuel et entreprenant sans en faire des caisses. Je n’ai pas de regrets mais le montage, je ne le contrôle pas et j’aurais aimé plus me voir comme j’aurais aimé que mes proches me voient plus aussi. J’aurais aimé que ma personnalité soit plus reflétée à l’écran.

Finalement, c’est peut-être un mal pour un bien de ne pas avoir été trop exposée, notamment à cause des critiques sur les réseaux sociaux ?

Je n’ai pas de regret sur mon aventure donc si on montre une histoire qui est cohérente et qui permet aux téléspectateurs de comprendre l’histoire… Je sais ce que j’ai fait et je n’ai pas de regret. Il y aura toujours des gens qui critiqueront. Ça ne m’aurait pas dérangée d’être plus montrée sur ce que j’ai fait, même dans des stratégies, quitte à être critiquée. Je ne le vis pas mal parce que je suis bien dans mes baskets donc c’est l’essentiel.

Source: Lire L’Article Complet