TV

« Irréversible » à l'endroit semble « plus traumatisant » à Gaspar Noé

  • En 2002, Gaspar Noé a créé le scandale avec « Irréversible », histoire de viol et de vengeance racontée en commençant par la fin.
  • Dix-huit ans plus tard, il remonte son film à l’endroit pour « Irréversible – Inversion intégrale ».
  • Monica Bellucci, Vincent Cassel et Albert Dupontel incarnent toujours les héros de cette œuvre radicale.

En 2002, Gaspar Noé a secoué le festival de Cannes avec
Irréversible où il racontait à rebours – à savoir en commençant par la fin – une histoire de viol et de vengeance. Dix-huit ans plus tard, le réalisateur a remonté son film à l’endroit pour Irréversible : inversion intégrale

Monica Bellucci,
Vincent Cassel et
Albert Dupontel revivent leurs aventures chronologiquement dans cette nouvelle version qui fut présentée à la Mostra de Venise en septembre 2019. Pour 20 Minutes, Gaspar Noé explique comment il a revisité son film avant la sortie de Lux Aeterna le 23 septembre prochain.

Pourquoi avoir repris le film si longtemps après ?

Au moment de la sortie de la première version, Vincent Cassel m’avait demandé d’essayer de remettre le film à l’endroit pour voir ce que ça donnerait. J’ai dit que je le ferai un jour mais je n’y tenais pas car je craignais que la version chronologique soit meilleure que celle qui allait être distribuée. Des Coréens ont essayé de le faire à ma place sur une version DVD sortie uniquement là-bas mais c’était raté. Cela m’a conforté dans mon idée.

Qu’est-ce qui vous a fait changer d’avis ?

Il a fallu remasteriser Irréversible l’an dernier pour l’édition blu-ray. Quand j’ai eu accès au matériel de montage, je me suis amusé à remettre le film dans l’ordre et j’ai peaufiné de nouveaux liens entre les séquences. J’ai enlevé à peu près quatre minutes de dialogues et d’images inutiles et n’ai rien ajouté. J’ai été si surpris par le résultat que je me suis dit qu’il fallait que le film sorte en salle et pas seulement en supplément de l’édition vidéo. Je n’en revenais pas qu’Irréversible soit resté si puissant car, en général, je ne revois pas mes films.

Qu’apporte ce nouveau montage ?

On s’identifie plus rapidement à tous les personnages. Le film est plus empreint de mélancolie car on sait que Vincent Cassel et Monica Bellucci ne sont plus en couple dans la vraie vie. Le film démarre par une scène d’intimité entre eux et cela les rend attachants. Pendant les 40 premières minutes, le spectateur est avec Alex, incarnée par Monica Bellucci. Il apprend à l’aimer. Le public est plus centré sur l’histoire que quand il cherchait à comprendre le puzzle de la première version. L’émotion est brute. Le film devient plus empathique.

Laquelle des deux versions recommandez-vous ?

L’expérience est complète si on voit les deux mais je conseillerai de commencer par celle de 2002. Je comprendrais le spectateur qui n’aurait pas envie de s’infliger cette épreuve deux fois car je suis conscient que le film est très dur. Je me demande d’ailleurs comment les spectateurs qui vont le découvrir pour la première fois le recevront. La représentation de la violence physique et verbale a beaucoup évolué depuis 2002. Le cinéma transgressif a quasiment disparu des écrans. On attend des réalisateurs qu’ils ne filment plus la violence telle qu’elle existe dans la vie. Ce nouveau montage d’Irréversible me semble plus traumatisant que le premier.

C’est pour cela que vous avez changé votre conception du temps pour ce film ?

La première version se concluait par « le temps détruit tout » que beaucoup de spectateurs ont considéré comme ma devise. Le film se terminait par le début, je voulais rappeler au spectateur que le drame est à venir alors que l’héroïne ne le sait pas. Dans ce nouveau montage, « le temps révèle tout » indique qu’on va découvrir ce qui lui arrive en même temps qu’elle. Les deux phrases sont à la fois justes et opposées, un peu comme les affiches de deux versions d’Irréversible qui révèlent les prémisses de l’agression sous des angles différents.

Etes-vous d’accord avec Monica Bellucci quand elle dit que le film est féministe ?

Je pense que l’Inversion intégrale est encore plus féministe que le premier opus ! On voit tout du point de vue de l’héroïne y compris l’agression. J’ai été élevé par une mère féministe. Si je ne le suis pas dans le sens strict du terme, je suis « testostérophobe » comme mon film qui montre des hommes ivres de testostérone dont ils ne savent que faire et qui les rend abrutis et violents. Je condamne clairement leur brutalité.

Le cinéma de Gaspar Noé est-il compatible avec 2020 ?

Un film comme Irréversible n’est daté que parce qu’on n’y voit pas de téléphones portables. Il parle de choses qui sont d’actualité aujourd’hui. Je pense pourtant que des stars n’auraient plus l’audace de mettre ainsi leur image en danger. Il me faut maintenant réfléchir à ce que je vais avoir la possibilité de faire en cette période de Covid-19. Je ne parle pas de contenu des films mais des possibilités de contacts entre les comédiens ! Je pense qu’on va devoir faire des huis clos où les gens ne pourront plus se toucher. Mais c’est un défi que je m’amuserai à relever.

Source: Lire L’Article Complet