TV

Antoine de Maximy se prend les pieds dans les Carpates

  • Antoine de Maximy s’essaye à la fiction pour « J’irai mourir dans les Carpates ».
  • Le résultat peine à convaincre.
  • Son univers convient mieux au documentaire qu’à la fiction.

Antoine de Maximy a disparu ! Mais attention, ce n’est pas pour de vrai. Déjà auteur du sympathique J’irai dormir à Hollywood, c’est la première fois que le créateur de la populaire émission J’irai dormir chez vous se lance dans la fiction. Dans
J‘irai mourir dans les Carpates , son enregistrement tourne mal et il disparait.
Alice Pol en monteuse dévouée et
Max Boulbil en flic maladroit tentent de découvrir ce qui a pu lui arriver.

« Tout au long de mes émissions, je me suis déjà retrouvé dans des situations difficiles, explique Antoine de Maximy dans le dossier de presse. Je me suis imaginé ce qui pourrait se passer si les choses finissaient mal. » Il a donc brodé un scénario autour de sa disparition en Roumanie avant de financer son film via  un site participatif et lors d’une
tournée en France. Las, le système du pique-assiette de génie s’adapte mal à la fiction. 20 Minutes explique pourquoi la sauce ne prend pas.

Le naturel a disparu au galop

Le grand plaisir de l’émission J’irai dormir chez vous est de découvrir les gens que rencontre l’animateur et la façon dont il les conduit à se confier à lui et à le loger. Antoine de Maximy est passé maître dans ce domaine et si on peut comprendre qu’il ait eu envie de se renouveler, la fiction va à l’encontre d’un concept qui mise sur la réalité des situations et sur le naturel des intervenants. Ce qui est drôle et farfelu dans la vraie vie semble artificiel une fois scénarisé. Certaines séquences, comme celle où Antoine de Maximy doit accorder des faveurs sexuelles à une aubergiste bien en chair, mettent carrément mal à l’aiset tant elles sonnent faux.

L’intrigue peine à convaincre

Antoine de Maximy a voulu créer une intrigue à clefs. La monteuse doit dénicher des indices sur les enregistrements qu’elle a récupérés après la disparition de l’animateur. « Je pense d’ailleurs que certains spectateurs retourneront voir le film pour voir si ces indices étaient vraiment là », espère Antoine de Maximy. Un peu comme pour Tenet en somme, voire Blow Up de Michelangelo Antonioni ou Blow Out de Brian de Palma, dont le réalisateur se revendique dans le dossier de presse. Pas sûr qu’on veuille vraiment revoir l’héroïne fouiller dans ses cassettes.

La mise en scène donne le tournis

Antoine de Maximy a mis au point un système de caméras portées lui permettant de se filmer en même temps que ses interlocuteurs. Ce qui passe très bien à la télévision est vite pénible sur grand écran où des prises de vues trop secouées donnent le tournis voire une légère nausée. Les scènes sans lui sont plus calmes mais on se lasse vite de voir le flic joué par Max Boulbil tomber de son scooter à multiples reprises. On en est désolés mais J’irai mourir dans les Carpates n’est pas à la hauteur de la sympathie qu’inspire son auteur, ni des ambitions de ce dernier. Dommage.

Source: Lire L’Article Complet