TV

Alain Finkielkraut : pourquoi il a été écarté de la chaîne LCI

Alain Finkielkraut a été écarté de la chaîne LCI. Mais pour quelle raison ? Télé Star fait le point.

Alain Finkielkraut a été remercié. Après cinq mois passés sur la chaîne LCI dans "24h Pujadas", le philosophe, écrivain et essayiste de 71 ans a été mis à la porte comme le révèle Télérama. Selon les informations du média, ce sont ses propos concernant l’affaire Olivier Duhamel qui ont poussé la chaîne du groupe TF1 à se séparer de lui. Pour rappel, le politologue Olivier Duhamel est accusé d’inceste envers son beau-fils, le frère jumeau de Camille Kouchner. C’est dans le livre de cette dernière, intitulé "La Familia grande", qu’elle en a évoqué les faits.

Toujours grande gueule, Alain Finkielkraut a donné son avis sur l’affaire lundi 11 janvier 2021 et a d’abord dénoncé un "crime abominable" et "inexcusable". Puis, dans l’émission de David Pujadas il a déclaré à propos du consentement : "Ce que fait la justice aussi, c’est qu’elle recherche le cas dans sa singularité. Et là, nous n’avons pas les éléments. Et quand on essaye de le faire, c’est-à-dire que l’on dit : Y a-t-il eu consentement ? A quel âge ça a commencé ? Y a-t-il eu ou non une forme de réciprocité ? on vous tombe immédiatement dessus". Alors que le présentateur a rappelé à Alain Finkielkraut que la victime présumée était âgée de 14 ans au moment des faits, le philosophe a dérapé. "C’est un adolescent, ce n’est pas la même chose" a-t-il balancé avant d’ajouter : "A chaque fois que vous voulez faire une distinction, ça apparaît comme une absolution. A chaque fois que vous recherchez la spécificité, on vous accuse à peu près de complicité de crime".

Alain Finkielkraut écarté de LCI : il se défend

Comme le précise le Parisien, mardi 12 janvier 2021 Alain Finkielkraut n’était pas encore fixé sur son sort sur LCI. C’est finalement Fabien Namias, directeur général délégué de la chaîne, qui a confirmé la sentence. "C’est une éviction injuste, une éviction d’une incroyable goujaterie. LCI me bâillonne. Je suis sous le choc. On ne vire pas les gens pour ça. Comme si j’avais commis un délit irrémédiable. Mais qu’on écoute mes propos dans leur intégralité ! Et si on les trouve toujours ambigus, qu’on me demande de m’expliquer à l’antenne" s’est défendu le principal intéressé.

Source: Lire L’Article Complet