TV

Affaire conclue (France 2) Harold Hessel : "On imagine les commissaires-priseurs comme des gens très collet monté"

L’expert, branché et sympathique, dépoussière la profession.

Vous êtes bordelais, mais votre famille est d’origine bavaroise… 

Harold Hessel : Oui, mes ancêtres, comme beaucoup de familles danoises, irlandaises ou anglaises, se sont installés en Gironde pour le négoce du vin et des spiritueux. Bordeaux a toujours été une ville cosmopolite. 

Les Allemands ont une grande tradition d’ébénisterie. Avez-vous hérité d’eux votre goût pour les beaux meubles ? 

En tant que commissaire-priseur, j’ai eu une formation complète. Le mobilier et les arts décoratifs sont mes grands centres d’intérêt, mais je porte aussi un oeil avisé sur d’autres domaines : ça va de l’art africain aux oeuvres contemporaines, en passant par les estampes japonaises ou les miniatures persanes. 

Parmi les objets que vous avez eu à estimer dans l’émission, quel a été votre plus grand coup de coeur ? 

Le surtout de table Second Empire du bronzier Pierre-Philippe Thomire, « enlevé » par Pierre-Jean Chalençon pour la somme de 16 500 euros (en janvier dernier : record d’enchères de l’émission, battu depuis, ndlr). 

À lire également

Affaire conclue (France 2) – Sophie Davant : “Pierre-Jean et Julien, c’est Pierre Richard et Gérard Depardieu dans La Chèvre”

Votre look, décontracté, casse un peu l’image que l’on a de votre profession. Vous faites collection des paires de baskets ? 

On imagine les commissaires-priseurs comme des gens très collet monté. Je suis ravi d’en donner une image plus avenante. Mes parents m’ont appris à être toujours poli et bienveillant. Ça me permet d’être à l’aise avec tout le monde. Quant aux baskets, je dois en avoir cinq paires… 

Les objets que les gens apportent sont, parfois, liés à des histoires fortes. Y en a-t-il une qui vous a particulièrement ému ? 

Je pense à Drouot, la chanson de Barbara. Il arrive que des gens cèdent un objet pour tourner la page d’un passé douloureux. Je me souviens de cette vieille dame juive qui avait apporté deux candélabres en bronze doré. C’étaient les seules reliques de la maison de ses grands-parents, qui avait été pillée pendant la guerre. 

Affaire conclue : du lundi au vendredi à 16h20 sur France 2

Interview Hacène Chouchaoui 

Source: Lire L’Article Complet