Musique

Insolite : un Italien a vendu une oeuvre d'art "invisible" pour 15 000 euros

Salvatore Garau, un plasticien italien, fait actuellement le buzz. La raison ? Il a vendu aux enchères une œuvre d’art invisible, en d’autres termes, qui n’existe pas. Le prix fixé à 6 000 euros est rapidement monté jusqu’à attendre les 15 000 euros.

Il est spécialisé dans « l’art du vide » et vient de vendre une œuvre d’art inexistante pour la modique somme de 15 000 euros. Il n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai. L’artiste italien Salvatore Garau avait exposé sa sculpture intitulée « Bouddha en contemplation » au centre de la place de la Scala, à Milan, en Italie. Jusqu’ici rien ne semble anormal à un détail près. La sculpture n’existe pas et pour l’admirer il faut faire appel à votre imagination puisque le concept de Salvatore Garau est se faire de l’argent sur du vide. Le seul moyen qui permettait de savoir à partir de quel endroit on pouvait commencer à s’imaginer l’œuvre était les morceaux de ruban adhésif blancs collés sur le sol…

15 000 euros partis dans le vide

Le plasticien a encore frappé il y a quelques jours lors d’une vente aux enchères organisée par la maison milanaise Art-Rite, spécialisée dans l’art contemporain. Salvatore avait mis en vente une sculpture intitulée « Io sono », à savoir « Je suis » et encore une fois elle était invisible. Le prix de l’œuvre avait été fixé à 6 000 euros mais est rapidement monté jusqu’à atteindre la modique somme de 15 000 euros, de l’argent parti en l’air ou si vous préférez dans le vide comme si on le jetait par la fenêtre. Mais en plus de vendre une œuvre inexistante, l’artiste a insisté sur certains critères que l’acheteur devra respecter afin d’exposer son œuvre. En effet, il a expliqué qu’elle devra être placée « dans une pièce vide dans une maison indépendante, dont le centre devra être exempt de tout objet ». Encore une fois, l’heure sera délimitée et cette fois-ci par un simple bandeau collé au sol. L’acheteur recevra, pour cette création invisible, un certificat de garantie et d’authenticité. Salvatore explique son art ainsi : « Le vide n’est rien d’autre qu’un espace rempli d’énergies et même si nous le vidons, selon le principe de l’incertitude de Heisenberg, le vide a un poids. En cela, il a une énergie qui se condense et se transforme en particules, qui sont en nous. Et après tout, ne donnons-nous pas un visage à un Dieu que nous n’avons jamais vu ? »

À voir aussi : La Sardaigne : l’île de beauté italienne 

Kahina Boudjidj

Source: Lire L’Article Complet