Idées cadeaux de Noël : les bijoux en diamants percés de La Brune et la Blonde

Coup d’éclat ! Voilà dix ans que Véronique Tournet se singularise par ses pierres précieuses dépourvues de griffes, pour la beauté d’un gemme nu. Success story sous toutes ses facettes.

Elle a eu cette idée folle un jour de percer un diamant. Sûrement un sacrilège pour les conservateurs du monde feutré de la joaillerie et pourtant, Véronique Tournet – la brune aux manettes de La Brune & la Blonde – a depuis une décennie, l’intime conviction que la culasse à l’air libre, percé et visible à 360°, le diamant est état de grâce.

« Une intuition expliquée par ma fascination depuis l’enfance par la propriété de la dispersion et le scintillement du gemme dans les plis à pierres en papier des diamantaires, explique la fondatrice corrézienne de 50 ans. Le diamant est une pierre magique, la plus dure de notre planète et pourtant, le poids d’un carat n’est que de 0,2 gramme. Pour ne pas lester sa légèreté et que nos clientes n’aient jamais à l’ajuster sur leur pendentif – la base du désir – les bijoux sont imaginés les plus souples possible, seconde peau, pour bouger aisément au gré des mouvements de celles qui les portent. »

Un bijou délicat et une multitude de portés

Après plusieurs passages chez Mauboussin puis Boucheron place Vendôme, Véronique Tournet écrit son histoire en 2011, alors accompagnée de la blonde, qui quittera l’aventure quatre ans après. « Nous n’étions plus parallèles, avoue la fondatrice, qui ne changera pas le nom de la maison pour autant. Il est si mnémotechnique et avait déjà, en 2015, sa petite notoriété. Aujourd’hui, La Brune & la Blonde se vend dans 130 points de ventes et n’appartient qu’à la brune ! La vie est trop courte pour se fâcher, je veux rire et créer du plaisir. »

Si le diamant solitaire taille fancy ou brillant, percé sur une chaîne d’or – et offert dans son packaging façon crème de beauté (à sa sortie en 1995, le mythique écrin boîte de conserve du parfum Le Mâle de Jean Paul Gaultier marque Véronique) – gagne d’année en année, en singularité, la maison l’a décliné depuis, en pampille sur un cordon, en mouvement sur une bague et des créoles.

La Brune & la Blonde ne s’arrête plus au diamant

En 2018, les aficionados du bijou léger en redemandent et la marque agrémente la collection de pierres multicolores avec sa collection Confetti (devenue best-seller) et Polka, aux petits pois à bonnes énergies, inspirés du joyeux motif des robes de Jackie O. et des pin-ups hollywoodiennes.

« La joaillerie doit être pensée pour pérenniser, conclue la créatrice. Je mets un point d’honneur à ne travailler qu’avec des pierres précieuses, durables, à se transmettre de mère en fille. Des créations à supplément d’âme, fabriquées en France, car au-delà d’un gage de qualité, c’est un moyen de faire vivre le savoir-faire et le talent des artisans joailliers français. »

Des bijoux devant les projecteurs

Laurence Ferrari, Sophie Davant, Julie de Bona, Marie-Sophie Laccarau… Le diamant nu brille régulièrement à l’heure des tournages et des JT au cou des journalistes et des actrices. « C’est un bijou pur, qui ne montre que l’essentiel et tombe parfaitement – qu’il soit monté en boucles d’oreilles ou en sautoir pour les grandes occasions, partage Julie de Bona, qui découvrait la marque à ses débuts elle-aussi il y a dix ans, sur un clip. Une marque moderne, élégante, que j’aime voir évoluer, autant que sa créatrice. »

Crédits photos : La Brune & la Blonde

Autour de

Source: Lire L’Article Complet