Mode

Carla Bruni, hypnotisante dans la nouvelle campagne Burberry

Une série de visages et pourtant on ne voit qu’elle. Dans le teasing de la dernière campagne Burberry aux côtés de nouvelles égéries comme les chanteurs Mahmood et Shay, Carla Bruni prouve qu’il faut toujours compter avec les supermodels.

Reine des podiums dans les années 1990, Carla Bruni a connu plusieurs vies depuis (chanteuse, compositrice, première dame…) mais n’a jamais vraiment dit adieu au monde de la mode. Présente avec ses collègues supermodels pour le final du défilé Versace printemps-été 2018 puis sur le podium du show Dolce & Gabbana printemps-été 2019, l’épouse de Nicolas Sarkozy est aujourd’hui à l’affiche de la campagne d’hiver Festive de Burberry. Dans un défilé de visages très différents les uns des autres, les yeux bleus du mannequin côtoient les nouvelles figures de la marque telles le chanteur italien Mahmood ou la rappeuse française Shay. Dirigée par Riccardo Tisci, la marque au tartan se modernise dans un esprit streetwear et éclectique. En choisissant Carla Bruni, le directeur artistique souligne l’aura tendance de l’ancien mannequin.

En vidéo, Carla Bruni dans la nouvelle campagne Burberry Festive

Carla Bruni : symbole des “nineties”

Dans les années 1990, le top a défilé pour les plus grands. Yves Saint Laurent, Chanel, Prada… aux côtés des stars Naomi Campbell, Claudia Schiffer ou encore Linda Evangelista. Cette époque dorée inspire aujourd’hui la nouvelle garde, à commencer par le modèle Bella Hadid, sosie «officiel» de Carla Bruni, qui se réjouit de cette ressemblance. Certains sont même persuadés que le top aurait demandé à son chirurgien esthétique de reproduire en elle le visage de la femme de Nicolas Sarkozy.

En images, Carla Bruni une carrière de supermodel

Un canotier parfait que le mannequin ne renierait pas cet été. (Paris, défilé Chanel printemps-été 1989, le 24 octobre 1988.)

Derrière Claudia Schiffer, Carla Bruni esquisse un sourire malicieux, à la fin d’un défilé Yves Saint Laurent, en 1989.

Muse complice du couturier Valentino Garavani. (20 janvier 1989.)

Pour Thierry Mugler, le top se mue en créature hypnotique. (Paris, défilé Thierry Mugler printemps-été 1991, octobre 1990.)

Sur Instagram, les comptes publiant des archives des défilés des années 1990 cumulent les abonnés. Les créateurs n’hésitent pas à puiser dans les archives de cette décennie pour valoriser leur marque, à l’image de Donatella Versace qui communique sur la nostalgie de l’ère Gianni. Burberry semble avoir compris que le mélange des générations s’impose comme le trait d’union nécessaire pour inventer son avenir.

Source: Lire L’Article Complet