Virus Nipah : ce que l’on sait sur cette maladie grave qui inquiète l’OMS

Dimanche 5 septembre 2021, un enfant de 12 ans est décédé en Inde. Il avait été infecté par le virus Nipah, qui provoque une maladie contre laquelle il n’existe aucun traitement, ni vaccin. Les autorités sanitaires craignent une potentielle épidémie. On fait le point.

Restez informée

Pour le moment, il n’y a pas de raison de paniquer, mais nous devons faire preuve de prudence” C’est ce qu’a annoncé Veena George, ministre de la santé de l’Etat du Kerala, à la suite du décès d’une jeune garçon de 12 ans des suites du virus Nipah.

Un décès en moins de 48h et deux autres cas confirmés

Hospitalisé le 3 septembre 2021, le jeune garçon présentait des symptômes de myocardite, une inflammation du muscle cardiaque et d’encéphalite, une infection du cerveau. 48 heures plus tard, que ce dernier décède à l’hôpital. D’après CBS, un échantillon prélevé sur l’enfant est revenu positif au virus Nipah, à l’issue de son analyse par l’institut national de virologie indien.

Le gouvernement indien a également précisé que deux agents de santé ont présenté des symptômes du virus de Nipah et sont donc potentiellement infectés. Ces derniers font partie des 20 contacts à haut risque de l’enfant décédé. Au total, 188 personnes seraient entrées en contact avec la victime.

L’état Kerala en vigilance

Depuis le décès de cet enfant infecté par le virus Nipah, l’inquiétude règne dans la province du Kerala, en alerte totale.

Nipah virus has been detected in the Kozhikode district of Kerala.

Central Government has rushed a team to Kerala to support the State in public health measures and provide technical support.https://t.co/DAetTt3yL6

Avec un taux de mortalité de 70% ce virus est, d’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un agent infectieux émergent susceptible de déclencher des épidémies sévères s’il venait à évoluer pour gagner en transmissibilité explique l’Institut Pasteur.

Qu’est ce que le virus Nipah ?

Le virus Nipah (NiV) se transmet de l’animal aux humains notamment via aux chauves-souris mais aussi aux porcs et chevaux. D’après l’OMS, c’est un virus zoonotique mais qui peut tout à fait se transmettre d’une personne à une autre.

Identifié pour la première fois en Malaisie en 1999 à la suite d’une multiplication des cas dans des élevages de porcs, ce virus ne cesse de circuler depuis une vingtaine d’années.

Lors des premières flambées d’infections, un grand nombre d’habitants ont été contaminés à la suite d’un contact direct avec des porcs et autres animaux infectés. “La source la plus probable d’infection était la consommation de fruits ou de produits dérivés contaminés par de l’urine ou de la salive de chauves-souris infectées” indique l’OMS.

Virus Nipah : quels en sont les symptômes ?

Les symptômes se manifestent entre quatre et quatorze jours après avoir été exposé au virus : fièvre, migraine, toux, douleurs au niveau de la gorge, difficultés à respirer, vomissements.

Comme le coronavirus, le virus Nipah peut provoquer une maladie asymptomatique. Toutefois, sa particularité se traduit par une infection respiratoire aiguë voire une encéphalite mortelle.

Alors comment lutter contre un tel virus ? Aucun vaccin, ni traitements n’existent pour lutter contre le Nipah. Le seul levier qui peut être activé pour limiter la transmission du virus est la prévention.

L’institut Pasteur a indiqué que les autorités sanitaires mondiales ont fait du virus Nipah « une priorité de recherche dans le but de prévenir les crises sanitaires ».

A lire aussi :

⋙ Covid-19 : selon le patron de l’OMS, un vaccin ne suffira pas à vaincre l’épidémie

⋙ Variant Delta Plus : ce que l’on sait sur cette nouvelle mutation inquiétante du Covid apparue en Inde

⋙ Covid-19 : pourquoi l’OMS prédit une pandémie “très longue”

Source: Lire L’Article Complet