Lifestyle

Une visite virtuelle fait renaître les ruines des temples de Baalbek au Liban

S’il reste uniquement les vestiges des temples romains situés à Baalbek au Liban, une visite virtuelle propose aujourd’hui une reconstruction fidèle de ce lieu chargé d’histoire.

Au nord-est de Beyrouth, la ville de Baalbek au Liban abrite de gigantesques vestiges de temples romains parmi les plus grands et les mieux conservés de l’architecture romaine, avec notamment le temple de Bacchus, le temple de Vénus, le temple des Muses et le temple de Jupiter qui possède encore six colonnes de 22,5 mètres de hauteur sur plus de 2 mètres de diamètre.

Construite il y a près de 5000 ans par les Phéniciens, cette cité antique libanaise accueille chaque année de nombreux visiteurs, émerveillés par l’exploit architectural de l’Héliopolis romaine et sa dimension spirituelle. Le site repose sur des fondations néolithiques datant de 10 000 ans et se trouve à la source des principaux fleuves de la vallée luxuriante de la Bekaa, faisant de lui l’épicentre de la vie et de la fertilité.

Une application gratuite pour découvrir les temples de Baalbek à leur apogée

Aujourd’hui en ruines, une reconstitution virtuelle permet de redécouvrir les temples à l’époque de leur apogée, en 215 après JC. Mis en place par le Département général libanais des antiquités, l’Institut archéologique allemand et la société américaine spécialisée dans les visites virtuelles de sites archéologiques Flyover Zone, ce dispositif est le fruit de deux années de recherches et de travail.

“Il était inconcevable de ne pas faire figurer Baalbek dans la liste de nos destinations touristiques, explique Bernard Frischer, fondateur de Flyover Zone, au magazine américain The National. C’était le site de l’un des oracles les plus importants du monde antique, dédié à Zeus. Tout le monde venait demander à l’oracle s’il fallait se marier, entreprendre un voyage ou créer une entreprise.”

La visite des temples de Baalbek, accessible via une application gratuite disponible sur smartphones, tablettes et ordinateurs, guidera le spectateur à travers la cité antique libanaise dans des zones inaccessibles aux visiteurs, ainsi que dans des parties du temple détruites par les tremblements de terre et le pillage de pierres sous le règne chrétien.

https://www.instagram.com/p/CM7LLnQn4Vf/

View this post on Instagram

Une expérience immersive

Des panoramas à 360 degrés des temples ont été réalisés par des drones puis reconstitués en 3D en haute résolution.

La visite guidée de 40 minutes – en français, en anglais, en allemand et en arabe – propose 38 arrêts différents, permettant d’explorer le site de manière immersive. “J’ai voulu utiliser un logiciel semblable à celui d’un architecte pour concevoir un futur bâtiment ou restaurer un bâtiment ancien, détaille Bernard Frischer. On peut aller à l’intérieur des bâtiments, entre les allées, c’est très réaliste !”

https://www.instagram.com/p/CMz6GhOnRfH/

View this post on Instagram

Initialement programmé pour août 2020, le lancement du projet a été éclipsé par l’explosion au port de Beyrouth du 4 août 2020. Avec ce nouveau dispositif, le Département général libanais des antiquités espère redynamiser le secteur du tourisme dans le pays, apporter de la visibilité à ce site classé au patrimoine mondial de l’Unesco et augmenter le nombre de visiteurs potentiels.

“Si vous pensez que Rome est géniale, c’est que vous n’avez pas encore découvert Baalbek”, conclut auprès de The National Henning Burwitz, architecte et archéologue à l’Institut archéologique allemand.

Lire aussi :

⋙ Manuscrits, masques funéraires… Les Etats-Unis restituent à l’Egypte des milliers de pièces antiques

⋙ Les dates à retenir depuis la création du “Grand-Liban” il y a 100 ans

⋙ Le mezze libanais, un festin au quotidien

Source: Lire L’Article Complet