Lifestyle

Ségolène Royal face aux insultes : inquiète pour ses filles, elle brise l’omerta

Sobre dans la réaction qu’elle a apportée à l’affaire du SMS de Jean-Yves Le Drian et au mot outrancier employé par le ministre des Affaires étrangères à son égard, l’ex-ministre de l’Environnement s’est montrée beaucoup plus virulente en commentant, plusieurs jours après les faits, un incident survenu au Congrès américain. Deux épisodes qui se font écho…

Pas folle, la guêpe ! Si Ségolène Royal a été mesurée dans la version qu’elle a livrée du fameux SMS de Jean-Yves Le Drian que le ministre lui aurait envoyé par erreur et dans lequel il la désignait en tant que “l’autre folle“, il semblerait qu’elle n’ait pas laissé l’histoire lettre morte pour autant…

Dans son édition du 29 juillet 2020, Le Canard Enchaîné révélait quelques coulisses cocasses du remaniement ministériel et du processus de composition du gouvernement du nouveau Premier ministre Jean Castex, s’amusant en particulier d’une bourde de Jean-Yves Le Drian en tout début de mois. Mandaté par le président de la République pour sonder des figures féminines de gauche susceptibles d’y figurer, le ministre des Affaires étrangères aurait inclus dans ses suggestions le nom de l’ancienne ministre de l’Environnement, puis, Emmanuel Macron ayant rejeté cette option, aurait clos le sujet en ces termes : “Pompili très bien, c’est quand même mieux que l’autre folle de Ségo.

Le lendemain du pavé lancé dans la mare par le Palmipède, “Ségo” confirmait sans ambages auprès du Parisien la gaffe de son confrère et ami (il avait soutenu en 2006 sa candidature à la présidentielle), qui lui a effectivement adressé le message qu’il destinait au chef de l’Etat, mais démentait l’utilisation du mot “folle” et disait ignorer d’où le journal satirique pouvait tenir son information. Quant à son avis sur la formule peu flatteuse employée à son endroit : “Comme je le dis dans mon dernier livre, dès que les femmes dérangent ou quand on ne les maîtrise pas, on dit qu’elles sont folles, qu’elles n’ont plus leur équilibre mental. Jamais on ne dit cela pour un homme !“, a-t-elle fustigé.

Ce vendredi 31 juillet, Ségolène Royal n’a pourtant pas manqué une occasion de donner de la voix sur le sujet des brimades infligées aux femmes. “Voilà comment toutes les femmes insultées et déshumanisées par ces insultes doivent répondre. Aucune femme ne doit plus accepter cela sans réagir. Pour elles et nos filles. Nous nous sommes tellement tues, tellement imposées la loi du silence #Cequejepeuxenfinvousdire“, a exhorté sur Twitter l’ancienne compagne de François Hollande, mère avec lui de quatre enfants dont deux filles, Elise Clémence (34 ans) et Flora (28 ans). Un commentaire qui accompagnait le partage sur le réseau social d’une publication du média Brut consacrée à la réponse puissante d’Alexandria Ocasio-Cortez, figure phare du parti démocrate américain, qui siège à la Chambre des représentants au Congrès et a remporté haut la main au mois de juin la primaire du parti dans l’Etat de New York, après qu’elle a essuyé les insultes sexistes d’un autre membre du Congrès, Ted Yoho.

Source: Lire L’Article Complet