Lifestyle

Preview de Solasta Crown of The Magister : Extrêmement prometteur, au point de faire de l'ombre à un certain Baldur's Gate III ?

Personne ne l’a vu venir, et pourtant, il est bel et bien là, solide et sacrément intéressant : Solasta Crown of The Magister est disponible en early access, et il présente d’innombrables qualités, jusqu’à potentiellement faire de l’ombre à un certain Baldur’s Gate III. 

Il fait bon être un amateur de RPGs à l’occidentale en 2020. Outre le fait d’avoir la possibilité de faire les classiques du genre (Baldur’s Gate, Planetscape Torment etc…) si ce n’est pas déjà fait, une véritable renaissance du genre s’opère depuis quelques années. Entre les Divinity Original Sin et les Pillars of Eternity, les cinq dernières années ont été remplies d’excellentes nouveautés qui ont permis de remettre le genre sur le devant de la scène. Les années 2019 et 2020 n’ont pas été épargnés par cette tendance : Disco Elysium ou DOS 2 ont marqué les joueurs l’an passé, et cette année, c’est bien entendu Baldur’s Gate III, tout juste disponible en early access, qui a principalement fait parler. C’était sans compter sur le tout nouveau studio Tactical Adventures, qui a lancé son nouveau jeu, Solasta Crown of The Magister, en early access à la fin du mois d’octobre. Un sérieux concurrent au titre de nouveau roi du CRPG ?

De nombreuses excellentes idées et une exécution impeccable

En terme de narration, Solasta place le joueur à la tête d’une équipe dont le but est d’enquêter sur de mystérieuses disparitions dans un contexte clairement dark-fantasy. Rien d’incroyablement original ou marquant, pourrait-on se dire, mais ce serait sans compter la gouaille et la couleur des dialogues du jeu, qui permettent à ce synopsis que l’on pourrait croire banal de prime abord de prendre toute sa saveur. On a droit à une belle dose de magie, de mystères, de monstres en tous genres et dans le genre, que demander de plus ?

Pour beaucoup, le principal défaut de Baldur’s Gate III réside dans le fait que l’expérience Donjons et Dragons, de jeu de rôle papier, est largement occultée au profit d’un style beaucoup plus “adaptée” aux jeux vidéo, moins axée sur le lancer de dés et l’aléatoire. Pour ceux-là, Solasta est le jeu qu’ils attendent, puisque le jeu offre une des visions les plus intéressantes du genre Donjons et Dragons depuis un long moment. Des dés, il y en a partout, et le hasard fera des merveilles comme des malheureux, car forcément, la frustration est à son comble dès que l’on rate un tir qui avait pourtant 90% de chances de réussite.

Ce qui démarque Solasta de la concurrence, c’est surtout le gameplay en combat, qui joue beaucoup sur la luminosité et la verticalité. Si les membres du groupe combattent au tour par tour dans un espace sombre, leurs caractéristiques en prennent un coup et les ennemis se font plus menaçants : on en vient carrément à choisir entre tenir une torche et une épée, ou une épée et un bouclier. L’idée d’apporter autant d’importance à la luminosité nous rappelle d’ailleurs ce que Darkest Dungeon a pu faire par le passé, dans un genre différent. D’autre part, les combats sont incroyablement influencés par la verticalité : il va falloir vraiment inspecter le terrain sur lequel le combat prend place plutôt que de se lancer les yeux fermés, car ce dernier peut vite être décidé par un mauvais placement de nos personnages. Par cet ajout d’une verticalité pourtant peu commune dans le genre, on aurait pu être inquiété pour la clarté des combats, mais il n’en est rien : les combats sont limpides, l’interface claire au possible et l’on comprend absolument tout ce qui se passe à l’écran. Pour de l’accès anticipé, c’est une véritable performance, et par ce simple aspect, Solasta Crown of The Magister a l’air finalement plus prometteur que Baldur’s Gate III, son principal concurrent, dont les combats peuvent parfois paraître confus.

En conclusion

Forcément, Solasta Crown of The Magister étant disponible uniquement en accès anticipé, nous avons été frustré de l’impossibilité de continuer l’aventure au bout de quelques heures, tant le jeu semble prometteur et rempli de bonnes idées. Et ces bonnes idées ne sont pas que des idées, elles sont exécutées d’une main de maître, et laisse entre-apercevoir ce qui pourrait devenir le prochain jeu indispensable pour tous les amateurs de RPG occidental en vue du dessus. Une chose est sûre : Baldur’s Gate III a du souci à se faire, car en l’état, Solasta a l’air plus abouti, tant dans son scénario, que dans son gameplay largement inspiré des classiques du genre.

Source: Lire L’Article Complet