Lifestyle

Piles boutons : attention aux risques d’ingestion !

Jouets connectés, télécommandes… Face aux nombreux cas d’ingestions de piles boutons chez les enfants de moins de 6 ans, et principalement à l’approche des fêtes de Noël, la marque Duracell lance une campagne de sensibilisation à destination du grand public et des professionnels de la petite enfance.

  • Ingestion piles boutons risques
  • Campagne de sensibilisation
  • Une pile bouton au goût amer
  • Piles boutons : les recommandations
  • Ingestion pile bouton : que faire ?

[Mise à jour du 18 novembre à 9h31]. Les petits vont recevoir de nombreux cadeaux de Noël sous le sapin et les parents vont devoir être vigilants avec les jouets qui nécessitent de petites piles. En effet, chaque année en France, plus de 1 200 visites aux urgences sont dues à l’ingestion de piles bouton de petites tailles rondes et plates. On les trouve dans les thermomètres, les montres, les télécommandes, les calculatrices, les appareils photo, mais aussi dans les jouets connectés. Et “même en l’absence d’obstruction des voies respiratoires ou d’autres signes, l’ingestion d’une pile bouton peut entraîner très rapidement la formation de lésions potentiellement mortelles“, alertent les autorités. 

Ingestion de piles boutons : quels sont les risques ? 

Comme le rappelle la marque Duracell, si les piles boutons sont utiles, elles peuvent aussi représenter un grand danger pour les enfants lorsqu’elles sont avalées ! En plus du risque d’asphyxie, l’ingestion d’une pile bouton peut provoquer des dégâts irréversibles comme le souligne le Dr Suzanne Tartière, médecin urgentiste au Samu de Paris et auteure du livre Les petits gestes qui sauvent (Ed. Bayard). “L’ingestion d’une pile bouton au lithium peut provoquer dans un délai très court (moins de 2 heures) des complications très graves telles que : des brûlures, des perforations œsophagiennes, une hémorragie du tube digestif (œsophage, estomac, intestins), voire la perforation des voies respiratoires pouvant aller jusqu’au décès de l’enfant. En cas de doute, il ne faut pas hésiter une seconde à contacter le SAMU” précise-t-elle.

Une campagne de sensibilisation lancée par Duracell

C’est pour rappeler que ces mini piles exposent les petits à des risques importants que la marque Duracell lance, en ce mois de novembre, une campagne de sensibilisation à des destination du grand public et des professionnels de la petite enfance. Portant le nom de Plan Sécurité Enfant, elle a pour objectif de sensibiliser les parents au risque d’ingestion des piles boutons au lithium. Sur son site internet  et ses réseaux sociaux, la marque donne des conseils concernant l’utilisation, l’installation, la conservation ou encore le recyclage des piles boutons au lithium.

Une pile bouton au goût amer pour prévenir les risques d’ingestion chez les bébés

Début 2020, la marque Duracell a aussi ajouté sur ses piles boutons au lithium du benzoate de dénatonium, la substance la plus amère au monde. Cette substance est déjà utilisée par de nombreux fabricants de produits d’entretien ménagers comme les dosettes de lessive, certains cosmétiques et produits de jardinage pour son amertume. Elle est totalement inoffensive en cas de consommation, mais peut sauver des vies puisque le réflexe en cas d’ingestion est de recracher immédiatement. En effet, son goût ultra-amer, même en dosage infime, réduit les risques d’ingestion et donc d’intoxication. Son goût, démultiplié pour les enfants, les fait immédiatement et instinctivement recracher la pile ! Ainsi, chaque pile bouton au lithium Duracell est recouverte sur une partie de sa surface d’un sticker imbibé d’une couche de benzoate de dénatonium. 

Piles boutons : comment prévenir les accidents ? 

La DGCCRF, la DGS et l’Anses rappellent aux parents certains réflexes pour éviter les risques en cas d’ingestion :

  • Vérifiez la sécurité des jouets, mais également celle des objets du quotidien, non destinés aux enfants et non soumis à des obligations réglementaires strictes, comme les montres, les clefs de voiture, les télécommandes, les calculatrices ou les appareils auditifs. Les jouets “sont soumis à des exigences strictes et notamment de non-accessibilité des piles, imposées par la législation européenne” rappelle les autorités, c’est-à-dire que le compartiment des piles ne doit pas pouvoir être ouvert par un enfant, ni s’ouvrir ou se casser si l’objet tombe. 
  • Privilégiez les appareils électroniques dont le compartiment à piles est bien sécurisé : fermés par une vis ou ceux qui nécessitent d’accomplir deux manœuvres indépendantes pour les ouvrir.
  • Conservez les piles boutons hors de portée d’un enfant, les neuves comme les usagées.

Que faire en cas d’ingestion d’une pile bouton ?

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

En cas d’ingestion d’une pile bouton, même supposée, contactez sans attendre un centre antipoison ou appelez le 15 en expliquant clairement à votre interlocuteur qu’il s’agit d’une ingestion d’une pile bouton. Il vous indiquera la marche à suivre et vous guidera vers l’hôpital ou le centre médical qui pourra traiter le plus efficacement cette urgence pédiatrique.


Source: Lire L’Article Complet