Lifestyle

Peinture dépolluante : est-ce vraiment efficace ?

Avec elle, on fait coup double : les murs sont colorés et l’air ambiant assaini. Trop beau pour être vrai ?

Restez informée

Sus aux gaz toxiques

La peinture dépolluante contient un ingrédient chimique, gardé secret par les fabricants, capable de capter et de détruire le formaldéhyde, principal polluant de l’air intérieur. Ce composé organique volatil (COV) est émis par les meubles, tapis, produits ménagers mais aussi lors de la cuisson. Invisible et inodore, il est nocif pour la santé.

Aussi déco que les autres

À l’œil nu, impossible de distinguer une peinture dépolluante. Déclinée dans toutes les couleurs et finitions, elle affiche les mêmes performances qu’une peinture conventionnelle : résistance, pouvoir couvrant, facilité d’application. On la trouve aussi bien en formulation acrylique classique qu’en version écolo, à base d’ingrédients naturels.

Une efficacité relative

La peinture agit 5 à 7 ans en moyenne. Elle capte de 30 % à 80 % du formaldéhyde, selon la configuration de la pièce et la surface peinte. Appliquée sur l’ensemble des murs et du plafond, elle est plus efficace. Pas question pour autant d’oublier l’essentiel : aérer tous les jours son logement. En effet, si la peinture agit sur les aldéhydes (la famille du formaldéhyde), elle n’a pas d’impact sur les autres polluants de l’air intérieur, comme le benzène ou les éthers de glycol.

L’avis de l’expert

Mise au point il y a dix ans, la peinture dépolluante est utilisée dans les écoles et crèches. La réaction chimique qui neutralise les polluants est inoffensive. Une fois le formaldéhyde capté, il ne peut pas être relâché, même si la peinture est lessivée ou grattée.

Merci à Thierry Jeannette, directeur innovation chez Cromology.

A lire aussi :

⋙ La peinture écolo, est-ce vraiment mieux pour chez moi ?

⋙ Comment repeindre sa cuisine ?

⋙ Idées déco : comment recycler des restes de peinture

Source: Lire L’Article Complet