Lifestyle

L’abus d’algues alimentaires représente un danger pour la santé

Les algues alimentaires peuvent provoquer des fragilités osseuses ou des problèmes rénaux si elles sont surconsommées.

La consommation d’algues destinées à l’alimentation est de plus en plus répandue en France. En consommer trop peut entraîner des complications. La raison ? Le cadmium, un élément trace métallique (présent naturellement dans le sol, l’eau et l’air). Entretien avec Géraldine Carne, toxicologue et coordinatrice de l’expertise sur le cadmium à l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

Qu’est-ce que le cadmium ?

C’est un élément trace métallique (ETM). Il est omniprésent dans le sol, l’eau et l’air. Le cadmium est un contaminant très répandu dans l’environnement à l’état naturel et en raison de l’activité humaine. Dans le domaine agricole, par exemple, avec les engrais minéraux phosphatés et industriel comme dans les batteries nickel-cadmium. Riches en polysaccharides, les algues ont une facilité à se lier au cadmium. On le retrouve dans certaines algues alimentaires comme le Nori, présente dans les makis.

Qu’a montré votre étude ?

Nous avons analysé 250 échantillons d’algues destinés à la consommation. Pour un quart d’entre eux, la dose en cadmium est supérieure à celle recommandée par le Conseil supérieur d’hygiène publique de France en 1990 : 0,5 mg/kg de poids sec. Les algues non transformées, consommées sous forme de salades, constituent un fort contributeur à l’exposition au cadmium. La population y étant déjà surexposée par son alimentation. Ces travaux s’inscrivent également dans un projet de la Commission européenne qui vise à limiter le taux.

#AlguesAlimentaires – L’Anses fait des #recommandations pour éviter une sur-exposition de la population au #cadmium, substance classée #cancérogène pour l’Homme.

En savoir plus ️ https://t.co/1gTuVFYtrI pic.twitter.com/ur56syGEeE

Pourquoi est-il dangereux d’en consommer trop ?

À trop forte dose, le cadmium est cancérogène, mutagène et toxique pour la reproduction. Une exposition prolongée, par voie orale, peut provoquer des fragilités osseuses et des problèmes aux reins. Actuellement, on estime que 0,6 % des adultes et 15 % des enfants sont exposés au cadmium au-delà de la dose tolérable, à travers son régime alimentaire. Avec ce constat, nous proposons aux autorités d’abaisser le taux à 0,35 mg/kg par jour. C’est la valeur qui permettrait de protéger 95 % des consommateurs.

Source: Lire L’Article Complet