Lifestyle

La vente de son animal à un laboratoire est possible suivant un décret scandaleux

La Fondation 30 Millions d’amis dénonce un décret élargissant la provenance des animaux de laboratoire.

“La porte ouverte au pire.” Cette phrase a été écrite par la Fondation 30 Millions d’amis dans un communiqué suite à un décret pris le 17 mars dernier permettant aux personnes qui le souhaitent de vendre leurs animaux à des laboratoires à des fins scientifiques.

Une annonce choquante alors même que 86 % des Français souhaitent l’interdiction totale de l’expérimentation animale.

“Alors que les Français vivaient leur tout premier jour de confinement, le 17 mars 2020, le gouvernement profitait du contexte de crise sanitaire pour passer – en toute discrétion – un décret ‘modifiant certaines dispositions relatives à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques’, dénonce 30 millions d’amis.

Normalement, si on peut utiliser ce terme, les animaux utilisés à des fins expérimentales et scientifiques ne pouvaient provenir que d’établissements spécialisés et devaient avoir été élevés à cette fin. Ces bases étaient définies dans une directive européenne adoptée en 1986,

“Depuis la réglementation de septembre 1986, les animaux destinés à la vivisection doivent provenir uniquement de fournisseurs agréés et connus”, explique Christiane Laupie, secrétaire générale et fondatrice du Comité scientifique Pro Anima, partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis. “Élevages de chiens de chasse, particuliers, n’importe qui peut vendre son animal à un laboratoire”.

Selon Christiane Laupie et l’organisme, cette régression totale, “s’avère en outre contraire à la directive 2010/63/UE de l’Union européenne encadrant la provenance des animaux promis à l’expérimentation”.

Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, explique, toujours dans le communiqué, que “le gouvernement nous impose un retour en arrière de plus de 30 ans.”.

“Cela risque aussi d’encourager un énorme trafic de chiens volés à leur maître pour être revendus à des laboratoires, comme c’était le cas jadis”, a-t-elle ajouté.

Vers le fin des tests sur les animaux

La Fondation rappelle qu’elle soutient depuis plusieurs années le développement du test “Valitox”, réalisé sur des cellules humaines en culture afin de déceler l’éventuelle toxicité aiguë d’une substance sans utiliser d’animaux.

La méthode est en cours de validation par le Centre Européen de Validation des Méthodes Alternatives.

Pour aller plus loin sur le sujet : Les adoptions, espoir d’une seconde vie pour les 2 millions d’animaux de laboratoire

Expérimentation sur des animaux : la vidéo choc d’une association animaliste allemande

Votre navigateur ne peut pas afficher ce tag vidéo.



Source: Lire L’Article Complet