Lifestyle

La Touraine hors des sentiers battus

Au pays de la douceur de vivre, châteaux et jardins foisonnent. A côté des grands noms de la région, d’autres lieux méritent une visite.

Restez informée

Tours a été et sera toujours les pieds dans la Loire, comme une jolie fille qui se baigne et joue avec l’eau », écrivait l’auteur de La Comédie humaine. Enfant, Balzac accompagnait sa mère dans la cathédrale Saint-Gatien. Adulte, elle lui a servi de cadre pour sa nouvelle Le Curé de Tours. Et, comme les vingt-cinq mille étudiants de la ville, il aimait flâner parmi les maisons médiévales du quartier Plumereau, joyau de la cité, où les terrasses invitent à la rêverie. Pour fuir ses créanciers, l’écrivain a séjourné une dizaine de fois à Saché. Dans cette demeure bourgeoise, les tables de whist et de trictrac sont restées en place tout comme sa chambre. De là, il contemplait la vallée de l’Indre qu’il a décrite dans Le Lys dans la vallée, s’exclamant : « Oh ! si vous saviez ce qu’est la Touraine ! On y oublie tout. »

Richelieu, cité idéale du Cardinal

Autour de la grande ville d’Indre-et-Loire, entre le château d’Amboise et le Clos Lucé, qui ont accueilli Léonard de Vinci, Chenonceau aménagé par Catherine de Médicis, ou encore les jardins Villandry, les chemins de traverse de Touraine mènent à des lieux plus secrets. A commencer par les jardins du château de Valmer, bâti par le maître d’hôtel de François Ier. Au milieu des terrasses, goûtons ses menthe-réglisse, pamplemousse ou Ricqlès, et osons toucher le concombre péteur, qui envoie ses graines à 10 mètres ! En 1631, Richelieu édifie près de son château une cité idéale qui porte son nom. A ses courtisans, il offre des terrains pour qu’ils y élèvent des hôtels particuliers. Jacques Lemercier, architecte du Palais-Royal à Paris, en construit vingt-huit le long de la Grande-Rue. Si le château a été vendu pierre à pierre, cette cité idéale demeure comme il l’a créée, ordonnée et symétrique afin de représenter l’ordre, l’obéissance et l’unité.

Candé, où l’histoire fait scandale

Rénové au XIXe siècle par un planteur cubain, ce château Renaissance est acquis en 1927 par Charles Bedaux. Naturalisé américain, ce natif de Charenton le dote de salles de bains et d’une salle de sport, d’un standard téléphonique et d’un orgue, tous parfaitement conservés. Proche de Göring, cet industriel accueille en 1937 le duc de Windsor qui vient de renoncer au trône pour se marier avec Wallis Simpson. Le 3 juin, seize invités assistent à ce mariage au parfum de scandale, immortalisé par le photographe Cecil Beaton. Autour du château, le parc de 230 hectares accueille des arbres remarquables ainsi que des œuvres d’art contemporain.

Voyage pratique

Séjourner

  • A Tours. La Maison Jules. Cinq chambres de charme dans une belle maison de ville. Dble de 125 à 150 € en B & B. lamaisonjules.fr.
  • A Azay-le-Rideau. Troglododo. Près d’Azay-le-Rideau. Double à partir de 109 €, troglododo.fr.
  • A Richelieu. Le Ragois. Deux chambres (60 m2) dans un hôtel particulier. A partir de 110 €, en B & B. chambres-hotes.fr.

Savourer

  • A Saché. Auberge du XIIe, fréquentée par Balzac. Menus à 32 et 48 €. Auberge12emesiecle.eatbu.com.
  • A Montbazon. L’évidence. Le chef étoilé Gaëtan Evrard séduit par un premier menu à moins de 50 €. restaurant-levidence.com.

Infos

touraineloirevalley.com.

A lire aussi :

⋙ Visiter la Touraine : zoom sur le château de Blois

⋙ Visiter la Touraine : le pays des vins et des châteaux

⋙ Tout ce qu’il faut savoir sur la cuisine du terroir de la Touraine

Source: Lire L’Article Complet