Lifestyle

Fin du « motif impérieux » obligatoire pour les Français à l’étranger souhaitant rentrer en France

Depuis le 31 janvier 2021, et en raison de la pandémie, les Français qui résident à l’étranger, hors de l’Union-européenne, étaient autorisés à rentrer sur le sol national seulement pour certains motifs familiaux, sanitaires ou professionnels, dits “impérieux”, comme le rappelle France 24.

Le gouvernement a finalement suspendu cette obligation de justifier d’un motif impérieux pour ces ressortissants vendredi 12 mars.

Exception faite pour les déplacements depuis et vers les Antilles

“Le Conseil d’État juge disproportionné d’exiger un motif impérieux aux Français qui souhaitent rentrer en France, car l’impact de ces déplacements est mineur sur la propagation de l’épidémie de Covid-19”, a-t-il annoncé dans un communiqué cité par France24.

Cependant, cette obligation de justifier d’un motif impérieux est maintenue pour les déplacements depuis et vers les Antilles françaises, cela afin de limiter l’impact du tourisme sur la propagation du virus.

Des conditions de voyage assouplies pour 7 pays

Jeudi 11 mars, un autre communiqué disponible sur le site du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, indiquait également un assouplissement des conditions d’entrée et de sortie du territoire national pour les déplacements hors de l’espace européen.

Aussi, depuis vendredi 12 mars, il n’est plus nécessaire de justifier d’un motif impérieux pour “les déplacements en provenance ou vers” 7 pays situés en dehors de l’Union-européenne. Sont concernés l’Australie, la Corée du Sud, Israël, le Japon, la Nouvelle Zélande, le Royaume-Uni et Singapour.

Pour les déplacements vers ou depuis les autres pays, la liste des motifs impérieux et personnels a été élargie, comme le répertorie le communiqué du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Cette nouvelle liste inclut : “l’ensemble des relations familiales et [ajoute] de nouvelles situations liées à l’éloignement familial pour : les couples mariés et pacsés mais dont l’un des membres est établi à l’étranger pour raison professionnelle ; les enfants mineurs scolarisés en France alors que le foyer familial est établi à l’étranger ; les couples avec enfants, vivant l’un en France, l’autre à l’étranger et séparés.”

Pour les étudiants, il est aussi possible de se déplacer s’ils sont “en situation de passer un concours” ou pour des “retours vers la résidence principale lorsqu’elle est établie en France” précise le communiqué.

Un test PCR toujours obligatoire pour les déplacements à l’étranger

Malgré cette levée des motifs impérieux dans les cas cités ci-dessus, il est toujours nécessaire de se soumettre à certaines restrictions pour les voyages depuis et vers les pays hors d’Europe (Grande-Bretagne inclus).

Un test PCR négatif de moins de 72 heures reste actuellement obligatoire.

Le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères rappelle qu’”il reste fortement conseillé de limiter au maximum les déplacements internationaux.”

Source: Lire L’Article Complet