Lifestyle

Enfant hypersensible : comment l’aider à s'épanouir sans le surprotéger ?

Si les enfants hypersensibles ont un potentiel extraordinaire, ils sont aussi ceux qui sont les plus à risque de se retrouver en difficulté. Thomas Boyce, professeur américain en pédiatrie explique comment prendre soin de ces enfants pour que cette plus grande sensibilité au monde devienne un atout.

Restez informée

La plupart des enfants sont ce que Thomas Boyce, professeur en pédiatrie et psychiatrie infantile, appelle des “pissenlits” : ils s’épanouissent partout où on les plante. Mais il existe un autre type d’enfant qui, comme les orchidées, dépérissent si on ne s’occupe pas d’eux de la bonne façon. Mais qui peuvent devenir des êtres exceptionnels si on les traite avec la compassion et la bonté adéquates. Auteur du best-seller américain “L’orchidée et le pissenlit” qui vient de paraître en France (ed. Michel Lafon), Thomas Boyce, étudie ces enfants depuis 40 ans. “Pour identifier les enfants orchidée, on a mesuré en laboratoire leurs réponses neurobiologiques à des tâches légèrement stressantes“, explique Thomas Boyce. “On a mesuré les deux principaux systèmes de réponse au stress : la fonction cortico surrénale (qui exprime le cortisol, l’hormone du stress) et le système nerveux autonome (qui joue un rôle dans la réponse de lutte ou de fuite). Indépendamment des conclusions de laboratoire, dans notre observation clinique, nous avons identifié certains marqueurs de comportement : une tendance à la timidité, une personnalité introvertie, une tendance à se soustraire à des situations nouvelles, des hypersensibilités sensorielles (une aversion au goût, au toucher, ou aux sons).” Ces enfants peuvent être en bonne ou mauvaise santé selon le contexte social dans lequel ils évoluent (en famille, à l’école…). C’est pourquoi il est primordial de leur apporter ce dont ils ont besoin. Thomas Boyce donne 5 clés pour aider ces petits hypersensibles à s’épanouir.

Instaurer une routine

Chez l’enfant orchidée, la sensibilité la plus exacerbée est la crainte de la nouveauté. C’est ce qu’on appelle la “néophobie“, une terreur viscérale de l’imprévu. Nouvel aliment, nouvel enseignant, nouvelle baby-sitter, et l’enfant se retrouve en difficulté. Selon Thomas Boyce, ce n’est ni un manque de courage de l’enfant, ni de la timidité mais un manque d’assurance dans une situation nouvelle.

Comment réagir ? L’enfant a besoin de rituels quotidiens et hebdomadaires : un temps pour les devoirs, un pour le repos, un rituel de coucher régulier. Ces routines sont protectrices et bénéfiques pour tous les enfants. Mais elles sont particulièrement importantes pour l’enfant hypersensible. Ces routines lui donnent une impression de contrôle.

Donner suffisamment d’attention

Un seul adulte encourageant peut avoir une influence déterminante sur la vie d’un enfant“, écrit Thomas Boyce, citant Robert Coles, un professeur d’Harvard. “Tous les enfants s’épanouissent quand leurs parents leur offrent un amour inébranlable, de la gentillesse, de la compassion, mais pour les enfants hypersensibles, ces valeurs sont essentielles“.

Thomas Boyce met en garde contre le mythe des “moments de qualité“, à savoir que l’on pourrait contrebalancer le manque de temps passé avec son enfant en raison de nos vies trépidantes par des moments planifiés au cours duquel le parent est pleinement présent à son enfant. ” La vérité, c’est que les parents modernes placent leur enfant en seconde ligne devant leur carrière, leur mode de vie et la course au succès et à la richesse“, prévient le spécialiste. “De mon point de vue, il faut un revirement : les enfants doivent devenir notre priorité.

Comment réagir ? Passer plus de temps avec son enfant. “Les meilleurs moments que nous passons avec nos enfants sont ceux que nous n’avions pas prévus“, écrit le professeur en pédiatrie dans son livre. “Durant un trajet en voiture, pendant le bain du soir, alors que nous bataillons pour qu’il finisse son petit-déjeuner ou parte à l’école. (…) Ces instants naissent naturellement de la monotonie du quotidien, quand un parent et son enfant ont passé ensemble suffisamment de “moments ordinaires “. C’est durant ces moments ordinaires que les moments extraordinaires de communication et d’intimité surviennent en général.

Reconnaître les spécificités de sa personnalité

Parfois, les enfants orchidées semblent plus effacés dans la famille. Thomas Boyce conseille aux parents de reconnaître, de mettre en avant et de louer leurs talents et leurs forces spécifiques. Il écrit dans son livre : “Les enfants orchidées – qui sont très “doués” quand il s’agit de se mettre au diapason des autres – peuvent facilement se retrouver piégés par les attentes familiales et empêchés de ressentir et d’exprimer leurs espoirs et leurs sentiments.

Comment réagir ? Donner l’occasion à son enfant de raconter sa journée, le laisser exprimer sa créativité dans des activités artistiques (peinture, musique…). “On peut avoir une discussion avec lui sur les forces et les faiblesses“, conseille Thomas Boyce. ” On peut lui dire : ” tous les enfants, et mêmes les adultes ont des forces et ce qui semble être des faiblesses. Regarde ton frère : c’est un bon artiste mais il ne chante pas très bien. Il peut courir vite mais il doit encore s’entraîner pour bien lancer un ballon. C’est un bon lecteur mais il déteste les maths. Toi aussi, tu es comme ça, tu as une imagination débordante, tu peux inventer des histoires amusantes et de super jeux. Mais tu es très sensible dès que tu te sens blessé, ou qu’un autre l’enfant l’est. C’est ce qui fait de toi un bon camarade. Ces sentiments de tendresse ne sont pas une force ou une faiblesse, ils sont les deux à la fois.

Atteindre un bon équilibre entre protection et encouragement

Les parents d’un enfant hypersensible sont confrontés à un dilemme permanent : l’encourager à se lancer dans une activité qui lui fait peur ou alors le protéger. Trouver le juste milieu n’est pas simple. Car pour l’enfant, vivre une expérience nouvelle, risquée, difficile, fait aussi partie des conquêtes progressives qui l’aident à grandir, en lui montrant qu’il est capable d’affronter des situations qui lui paraissent insurmontables de prime abord.

Comment réagir ? Un exemple que je prends souvent : l’enfant est invité à un anniversaire et il ne connaît que le jeune qui l’invite“, décrit le professeur en psychiatrie. “Le parent doit choisir entre accepter la peur de son enfant et l’autoriser à décliner l’invitation ou le pousser vers une situation inconfortable pour lui. Je n’ai pas de règle sur la façon dont le parent doit faire face à ces circonstances. Le meilleur guide est l’intuition du parent, basé sur sa connaissance de l’enfant.

Encourager le jeu

Les enfants s’alimentent de jeux et d’imaginaire. Utiliser son imagination, jouer à faire semblant, aident les enfants à mieux assimiler les difficultés du réel, explique Thomas Boyce dans son livre.

Comment réagir ? Encourager voire participer aux jeux de son enfant.

A lire : L’orchidée et le pissenlit, W. Thomas Boyce, ed. Michel Lafon

A lire aussi :

⋙ Colère, frustration… 5 techniques pour aider son enfant à mieux gérer ses émotions

⋙ Mon enfant est hypersensible : 5 jeux et astuces pour favoriser son épanouissement

⋙ Conseils parentaux : comment faire le tri ?

Source: Lire L’Article Complet