Lifestyle

De Lady Gaga à Mariah Carey : les 6 meilleures performances de stars de la pop au cinéma | Vogue Paris

Alors que Lady Gaga vient de remporter le premier prix Tricon des MTV Video Music Awards —qui rend hommage aux multiples facettes de son talent (autrice-compositrice, chanteuse, actrice, et icône de la mode), nous vous offrons un petit tour des rôles qui ont transformé les stars du Top 50 en idoles du box-office, de Janelle Monáe dans Moonlight à la performance trop peu connue de Mariah Carey dans Precious.

Avec ses 9 nominations et ses 5 victoires, Lady Gaga a dominé la cérémonie des MTV Video Music Awards, qui a eu lieu le 30 août. Elle a remporté le prix Tricon, remis pour la première fois qui célèbre son talent aux facettes multiples : chanteuse, actrice, icône de la mode, et activiste. Pour connaître un succès international dans la musique, il faut du talent, mais surtout énormément de travail. Devenir une star de cinéma est également extrêmement difficile. Lorsqu’on réussit les deux, on entre dans la catégorie des icônes. Peu d’artistes ont réussi à faire ce pont, et à donner à l’écran des performances qui font oublier leur succès musical et leur statut de célébrité pour nous donner à voir la puissance de leur jeu. De Madonna à Janelle Monáe, Vogue rend hommage aux artistes polyvalentes qui sont parvenues à marier succès du Top 50 et succès au box-office.

1. Janelle Monáe – Moonlight (2016)

© Photography Alamy

La carrière musicale de Janelle Monáe a toujours eu quelque chose de cinématographique, dès son premier album The ArchAndroid (sorti en 2010) puis avec ses albums concepts complexes et toujours accompagnés de visuels puissants et audacieux. Sa transition vers le grand écran s’est faite en 2016 avec des performances éblouissantes dans deux films nominés aux Oscars. Dans les Figures de l’ombre dont l’action se déroule dans les années 1960, Monáe incarne l’une des trois calculatrices africaines américaines de la NASA dont les travaux cruciaux ont été effacés de l’histoire. Dans le chef-d’œuvre Moonlight signé Barry Jenkins (et récompensé par l’Oscar du meilleur film en 2017), la chanteuse incarne la mère de substitution d’un jeune homosexuel. L’interprétation toute en nuances du personnage de Teresa offre un contraste parfait avec celle de Mahershala Ali qui a également remporté l’Oscar du meilleur second rôle pour son interprétation de Juan, le petit-ami de Teresa. Un incontournable de l’histoire récente du cinéma.

2. Selena Gomez – Spring Breakers (2012)

© Photography Shutterstock

L’ancienne enfant star du Mickey Mouse Club de Disney opère un virage à 360° en endossant le rôle de Faith dans le road-movie adolescent endiablé d’Harmony Korine. Selena Gomez y joue l’une des quatre amies de fac qui se retrouvent prises dans une virée infernale sous les auspices d’Alien, un rapper-dealer d’amphétamines joué par un James Franco à mille à l’heure. Depuis sa carrière d’ado star, Selena Gomez n’a jamais donné dans le glamour excessif. Elle dégage une forme de retenue et de tranquillité qu’elle met au service de ses personnages. Lorsqu’on la voit à l’écran, on comprend tout de suite ce qui a séduit des cinéastes exigeants comme Harmony Korine et Jim Jarmusch (elle a joué dans son The Dead Don’t Die de 2019).

3. Jennifer Lopez – Out of Sight (1998)

© Photography Shutterstock

J. Lo est une déesse. Après nous avoir gratifié de nombreux tubes, parmi lesquels If You Had My Love et I’m Real, elle a parfaitement réussi sa mue en star du box-office hollywoodien grâce à ses rôles dans des films comme Un mariage trop parfait (2001) et Coup de foudre à Manhattan (2002). Mais c’est en 1998, lorsque Steven Soderbergh la choisit pour incarner la Marshal Karen Sisco dans Out Of Sight, que la chanteuse de Love Don’t Cost A Thing fit éclater au grand jour son talent d’actrice. L’alchimie entre Jennifer Lopez et George Clooney, son partenaire à l’écran, est absolument électrique. L’année dernière, dans le film Hustlers, où elle jouait aux côtés de Lizzo et Cardi B, J.Lo nous prouvait qu’à 50 ans, elle restait plus magnétique que jamais.

4. Mariah Carey – Precious (2009)

© Photography Shutterstock

Adapté d’un roman de 1996 écrit par l’autrice Sapphire, ce film réalisé par Lee Daniels avec Gabourey Sidibe dans le rôle principal est un drame social lucide et douloureux. Mariah Carey y incarne Mme Weiss, une assistante sociale travaillant dans le nord de Harlem à mille lieues de l’image très policée de la star. Les scènes où on la voit sont parmi les plus fortes et bouleversantes du film. Elles restent gravées dans la mémoire. C’est Helen Mirren qui avait été choisie à l’origine pour ce rôle, avant de devoir se désister à la dernière minute. Mariah Carey s’est glissée à merveille dans le costume. Un incroyable succès depuis sa performance dans le film Glitter (2001), descendue par la critique.

5. Madonna – Desperately Seeking Susan (1985)

© Photography Shutterstock

Madonna est-elle une grande actrice ? On peut en discuter. Est-elle l’une des plus grandes icônes de la pop culture ? La réponse est un oui inconditionnel. Si sa carrière cinématographique comporte quelques films oubliables – quelqu’un se souvient-il d’À la dérive (2002) ?,– on y trouve également des films très réussis comme Evita (1996). Sa meilleure performance reste toutefois sa première : le rôle de Susan Seidelman dans Cherche Susan désespérément (1985). Tourné aux débuts de la carrière de Madonna, alors qu’elle allait rapidement s’imposer comme l’une des pop stars les plus cools du monde, dans le lieu le plus cool de la planète alors (Downtown Manhattan), le film est un concentré d’esprit de son époque. Les costumes sont parfaits, la bande-son également (le film correspond au lancement de l’une de ses meilleures chansons, Into The Groove) les décors sont choisis avec soin (une scène a été tournée à la Danceteria, nightclub légendaire de l’époque) et le scénario est très bien écrit. Les producteurs voulaient confier le rôle à Ellen Barkin, mais Seidelman était certaine que Madonna serait parfaite dans le personnage de punk de Susan – elle ne s’était pas trompée.

6. Lady Gaga – A Star is Born (2018)

© Photography Shutterstock

En remettant à Lady Gaga son prix Tricon lors de la cérémonie des MTV Video Music Awards de 2020, Bella Hadid a dit : « cette femme est une triple menace, mais bien plus encore ». Dur de lui donner tort tant Gaga a de talents en réserve. Non contente d’être l‘une des chanteuses les plus populaires de sa génération, une icône de la mode, d’écrire de chansons, de jouer du piano et de défendre la cause LGBTQ+, Lady Gaga a été nominée aux Oscars pour son interprétation d’Ally dans A Star is Born, de Bradley Cooper. Dépouillée de son maquillage et ses robes de viande, la nouvelle Gaga a livré une performance limpide, tout en sincérité. Sa carrière d’actrice ne devrait pas manquer de décoller.

Retrouvez aussi sur Vogue.fr :
Les meilleures comédies musicales de tous les temps

https://youtube.com/watch?v=rGMCgH1HA-w%3Fembed_config%3D%257B%2522adsConfig%2522%253A%257B%2522adTagParameters%2522%253A%257B%2522iu%2522%253A%2522%252F5574%252Ffr-vogue-cp%252Fculture%252Fcinema%252Farticle%252FYoutube-PFP%2522%252C%2522cust_params%2522%253A%2522cms%253Dcopilot%2526site-name%253DVogue%2526market-name%253Dfrance%2526page-url%253Dhttps%253A%252F%252Fwww.vogue.fr%252Fculture%252Farticle%252F6-meilleures-performances-chanteuses-au-cinema-films%2526page-template%253Darticle%2526article-id%253D5f4f8cfe0130d6888f870113%2526gallery-embeds%253Dno%2526content-type%253Dstandard%2526article-tag%253DCin%25C3%25A9ma%252CActualit%25C3%25A9s%252CMusique%252CVogue%2520Digital%252CLady%2520Gaga%252CMadonna%252CSelena%2520Gomez%2526experience%253Dcompass%2526category%253Dculture%2526subcategory%253Dcinema%2526video-embeds%253Dyes%2526ceros-embed%253Dno%2526platform%253Dweb%2526feature-flags%253Da2a-false%252CageGate-false%252CampNativeAds-false%252CarticleEmbedExternalLinks-false%252CarticleEmbedInlineArticles-true%252CarticleEmbedInlineGalleries-false%252CarticlePopInTag-false%252CatjsonArticleBody-false%252CcategorySubNavigation-false%252CcerosEmbed-true%252Cdinosaur-false%252CdisplayMoreArticles-false%252CdynamicAffiliateDisclaimer-false%252CdynamicAffiliateDisclaimerTop-true%252CfastAdsV6-false%252CgalleryStickyBottomAd-false%252CglobalAnalytics-false%252CgwaArticle-false%252CimageOverlay-false%252CjsonToObject-false%252CnativeShareLargeButtonOnTopper-true%252Cnewsletter-false%252ColdBrowserWarning-false%252ComitCanonicalsFromPaginatedTags-false%252CrecommendChangePopInTag-false%252CrefreshAds-false%252CregistrationWall-false%252CrelatedContentRecommendations-true%252CseoMetaRobots-true%252CslimNavigation-true%252CstickyBottomArticleAd-true%252CstickyBottomHomepageAd-false%252CstickyBottomTopicAd-false%252CstickyHeader-false%252CteadsNativeFallback-false%252CtopicNativeSlice-false%252CuserAccountNav-false%252CvogueHopeLogo-false%252CvoguePrideLogo-false%252CyieldToAds-false%252ConeTrust-true%252Csentry-true%252CshowAdsInGalleryBody-false%252CalwaysOnControlFlag-false%252CarticlePopInTag2-false%252CcerosRecommendations-true%252CtestMultivariant-A%2526kvid%253DrGMCgH1HA-w%2526video-embed-index%253D1%2522%257D%252C%2522nonPersonalizedAd%2522%253Afalse%257D%257D
Source: Lire L’Article Complet