Couronne perlée : comment expliquer l’apparition de ces petits boutons sur le pénis ?

Très fréquent chez les jeunes hommes, la couronne perlée provoque la survenue de petits gonflements blancs sur le gland du pénis. Ces lésions légères ne présentent aucun risque pour la santé, mais il est cependant possible de les retirer grâce à des traitements dermatologiques.

Restez informée

La couronne perlée est un phénomène physiologique qui se caractérise par l’apparition de petits gonflements sur la couronne du gland chez un homme. Également appelées papules perlées, ces boutons lisses mesurent un à quatre millimètres de diamètre et sont reconnaissables par leur aspect blanchâtre ou rosé.

Les papules perlées apparaissent généralement à l’adolescence, mais elles ne se propagent pas, ne changent pas de taille ou de forme. Il ne s’agit pas d’une maladie et les patients ne ressentent aucun symptôme. Cette particularité de la peau n’est donc pas contagieuse ou douloureuse.

Couronne perlée : les jeunes sont-ils plus fréquemment atteints par ces papules ?

La fréquence de ces boutons présents sur le pénis diminue également avec l’âge : ils touchent en majorité des hommes âgés de moins de 25 ans, selon la Société française de dermatologie. D’autres recherches font également le même constat que l’organisme. C’est notamment le cas d’une étude publiée en 2009 dans l’International journal of STD & AIDS.

Cette recherche s’était notamment intéressée à la régression des papules perlées chez les hommes plus âgés. Pour les besoins de l’étude, les scientifiques avaient recruté 188 étudiants âgés de moins de 25 ans et 70 volontaires âgés de plus de 50 ans. L’évolution des papules perlées a été observée par le biais de questionnaires. Selon les résultats de cette recherche, la prévalence était de 38,3% chez les plus jeunes et de 11,4% chez les participants plus âgés.

Quelles sont les causes pouvant provoquer la couronne perlée ?

Pour l’heure, les causes responsables de la survenue des papules perlées n’ont pas été déterminées, mais la communauté scientifique précise qu’elles ne sont pas liées à un manque d’hygiène ou à des infections sexuellement transmissibles (IST) telles que la syphilis, la gonorrhée ou encore la trichomonase.

Autre point important : ces boutons doivent être distingués des maladies génitales comme les condylomes, qui sont des verrues génitales externes causées par des papillomavirus humains, et des différents types de lichen, qui se manifeste par des lésions rosées localisées sur les muqueuses des parties génitales ou de la bouche.

Couronne perlée : comment est posé le diagnostic ?

L’apparition des papules perlées peut rapidement inquiéter un patient qui peut craindre que ces lésions soient liées à une maladie sexuellement transmissible ou une autre pathologie grave. Le diagnostic de la couronne perlée repose principalement sur un examen clinique. Le professionnel de santé identifie rapidement cette particularité lorsqu’il observe l’aspect de ces boutons blancs. Aucun examen supplémentaire n’est nécessaire pour confirmer le diagnostic.

Est-il possible de retirer les papules perlées ?

Dans une grande majorité des cas, les papules perlées diminuent, voire disparaissent avec l’âge. Comme la couronne perlée n’est pas une maladie, aucun traitement médicamenteux n’est préconisé par un médecin pour soigner ces lésions. « Elles ne gênent pas la vie sexuelle et ne sont habituellement pas remarquées par les partenaires, mais certains hommes sont gênés d’un point de vue esthétique et sont demandeurs d’un traitement », précise cependant la Société française de dermatologie.

Plusieurs solutions existent donc pour obtenir une réduction et/ou une disparition complète des papules perlées. Un praticien peut notamment orienter son patient vers un dermatologue pour les faire disparaître. Ce dernier peut les détruire par le biais de la chaleur d’un bistouri électrique ou d’un laser. Autre méthode envisagée : la cryothérapie. Ce traitement consiste à appliquer de l’azote liquide qui entraîne une congélation rapide permettant de détruire des lésions cutanées.

Une récidive est cependant possible : chez certains patients, les papules perlées reviennent au cours des mois, voire des années suivant la fin du traitement.

Source : Société française de dermatologie

Source: Lire L’Article Complet