Lifestyle

Ces jeux qui ont tué des studios

Ces studios ont pris des risques, et les risques n’ont pas payé. Les jeux que l’on va aborder ici ont carrément poussé des équipes à démissionner ou à carrément perdre leur travail. 

Parfois, si l’on veut prendre une autre dimension dans l’industrie du jeu vidéo, il faut prendre des risques. On parle par exemple de proposer une nouvelle formule dans une licence déjà bien établie, ou bien carrément lancer une toute nouvelle licence, avec le risque que cette dernière ne soit pas appréciée par les fans. Malheureusement, il arrive parfois que l’on assiste au projet de trop : ce jeu qui aura poussé un studio vers son inévitable démantèlement. Ce sont ces jeux que l’on va aborder aujourd’hui : ceux qui ont poussé des studios à fermer à cause de leur échec.

Daikatana

Daiktana devait être la prochaine bombe du studio de John Romero, responsable du jeu Doom. Il a créé le studio Ion Storm Dallas avec l’idée de créer quelque chose d’encore plus ambitieux que le jeu qui l’a fait connaître. Daikatana s’est d’ailleurs fait connaître par son marketing outrancier. Finalement, ce fut un échec à la fois critique et populaire, et la réputation de Romero en a pris un sacré coup. En plus de devoir fermer son nouveau studio.

Kingdoms of Amalur : Reckoning

Kingdoms of Amalur Reckoning n’est pas un mauvais jeu, bien au contraire. Mais le jeu était tellement ambitieux pour un studio à taille humaine, qu’il a fini par devenir un véritable gouffre financier pour 38 Studios. Si bien que, même si le jeu a fini par sortir, il a sonné la fin de l’aventure pour 38 Studios, qui était en banqueroute en 2010. Dommage…

God Hand

Le problème de Clover Studio, ce n’est pas qu’il proposait de mauvais jeux, bien au contraire (il a notamment pu offrir quelques opus de la série Viewtiful Joe pour Capcom, ainsi que l’excellent Okami). Le problème de Clover Studios, c’est que malgré une très bonne réception critique, les jeux ne se vendaient pas. Le dernier espoir donné par Capcom à Clover, ce fut God Hand, sorti en 2006. Malheureusement, ce dernier n’a pas rencontré son public… Le studio a donc été fermé par Capcom.

Tomb Raider : Angel Of Darkness

C’est bien simple : sans Core Design, Tomb Raider n’aurait jamais existé. Le studio a tenu la licence pendant un bon moment, jusqu’au malheureux événement que fut Angel of Darkness. Un jeu pas terminé, raté de A à Z. Eidos a donc décidé de prendre la licence des mains de Core Design pour la filer à Crystal Dynamics. Résultat : Core n’a plus sa licence phare, et le studio fut forcé de fermer.

Fable III

Fondé en 2001, le studio Lionhead est responsable de la licence Black & White mais aussi des jeux Fable. Ce, jusqu’à Fable III, qui signera l’arrêt de mort non seulement de la licence, mais du studio de Peter Molyneux dans son ensemble. Si bien qu’en 2012, Microsoft annonce le licenciement d’un bon nombre d’employés, jusqu’à finalement le fermer en 2010. C’est désormais Playground Games qui s’occupe de la licence pour la quatrième opus.

Source: Lire L’Article Complet