Lifestyle

60 millions de consommateurs alerte sur les boissons faussement diététiques et naturelles

Dans une nouvelle enquête, 60 millions de consommateurs s’est intéressé à plusieurs boissons rafraîchissantes, en particulier aux eaux aromatisées, aux infusions à thé et aux thés glacés. L’étiquette de ces produits les présente comme des breuvages moins sucrés et plus naturels. Pourtant, ces boissons ne tiennent pas leurs promesses, selon le magazine.

Restez informée

Lorsque les températures augmentent, notre envie de fraîcheur se fait de plus en plus ressentir. Pour se rafraîchir et se désaltérer, on sirote des thés glacés, des eaux aromatisées ou encore des infusions à thé. En général, on choisit ces boissons rafraîchissantes car elles “s’affichent moins sucrées et plus naturelles” que les sodas et les jus de fruits, comme le souligne le magazine 60 millions de consommateurs. Ces produits sont ainsi considérés comme des alternatives saines à “leurs aînés”.

Mais que trouve-t-on réellement dans ces boissons ? Faut-il se méfier de ces breuvages qui contiennent le moins de sucre possible ? Ce sont les questions auxquelles ont répondu 60 millions de consommateurs dans une nouvelle enquête de son numéro de juin. Pour les besoins de cette étude, le magazine s’est intéressé à la qualité des eaux aromatisées, des thés glacés et des infusions au thé. Au total, une quarantaine de références vendues en grande surface ont été analysées et leurs étiquettes ont également été passées au crible.

Les eaux aromatisées ne se substituent pas à l’eau minérale

Contrairement à ce que l’on peut penser, les eaux aromatisées ne sont pas uniquement composées d’eau, de fruits et d’arômes. Selon 60 millions de consommateurs, seul un tiers de ces produits possèdent un Nutri-Score B, qui garantit une qualité nutritionnelle correcte, car “les fabricants ajoutent souvent du sucre (dans ces boissons) et ont parfois la main lourde.”

Si certains eaux aromatisées sont particulièrement riches en sucre, la plupart ont une quantité de sucres “plutôt faible”. Pour preuve : quatre des produits analysés contiennent entre 8 et 11 g de sucres et neuf breuvages ne dépassent pas les 5 g pour 20 cl de boisson.

Cependant, “dans notre étude, sur les 14 eaux aromatisées au citron que nous avons évaluées, plus de la moitié n’ont pas d’extrait d’agrume et le remplacent par des arômes”, a expliqué à FranceInfo la journaliste Patricia Chairopoulos, en charge de l’enquête.

“Ces eaux restent moins sucrées que les autres boissons de l’essai mais elles ne peuvent remplacer l’eau minérale, seule boisson à afficher le Nutri-Score A”, peut-on lire dans l’étude comparative.

Les thés glacés détiennent le record de teneurs en sucres

Les thés glacés ne doivent pas être confondus avec les infusions à thé. Dans ces produits, le thé est un ingrédient à part et non une eau infusée. Patricia Chairopoulos a signalé que la catégorie des thés glacés est “la plus sucrée” de l’enquête. “Seules deux références sur 14 obtiennent un Nutri-Score B, la plupart étant D, voire E, c’est-à-dire des boissons déconseillées ou bien à consommer de façon exceptionnelle et en petites quantités”, a-t-elle détaillé.

Ces boissons contiennent de nombreux additifs et arômes de synthèse. Ils sont aussi composés d’édulcorants, tels que des glycosides de stéviol, de l’acésulfame K et du sucralose. S’ils apportent peu de calories, “ils ne sont pas anodins pour la santé et maintiennent l’habitude du sucré”, a développé 60 millions de consommateurs.

Infusions à thé : que valent-elles ?

D’après le magazine, les infusions à thé s’en sortent mieux que les thés glacés. Ces produits contiennent plus de jus de pêche à base de concentré et sont composés uniquement d’arômes naturels, tels que des extraits de plantes. “La naturalité revendiquée par ces boissons est en revanche écornée par la présence fréquente d’additifs. Il s’agit surtout d’acidifiants et de correcteurs d’acidité, mais parfois d’antioxydants et d’édulcorants”, peut-on lire dans l’enquête.

Découvrez l’enquête complète dans 60 millions de consommateurs n°570, actuellement en kiosques.


Source: Lire L’Article Complet