Célébrités

VIDEO – Valérie Trierweiler : cette accusation très lourde contre François Hollande

En 2014, Valérie Trierweiler dévoilait, dans son livre Merci pour ce moment, que François avait utilisé l’expression “les sans-dents” pour qualifier les personnes précaires. Un épisode qui a marqué la présidence du socialiste.

A propos de

  1. Valérie Trierweiler

  2. François Hollande

Sept ans après leur séparation officielle, Valérie Trierweiler ne cesse faire référence à sa vie avec François Hollande. Conspuée pendant son temps à l’Elysée, l’ancienne journaliste de Paris Match a depuis rebondi en devenant sociétaire de l’émission Les Grosses têtes, sur RTL. Pourtant, avant ce retour professionnel triomphant, l’ex-compagne de François Hollande a laissé des traces sur la carrière de l’ancien président de la République. C’est ce qu’a analysé l’émission de LCP, Petites Phrases, grosses conséquences, diffusée le 15 février dernier. Le programme est notamment revenu sur le scandale des “sans-dents”.

Lors de la sortie de son brûlot, Merci pour ce moment, en 2014, Valérie Trierweiler avait dévoilé que François Hollande, alors chef de l’Etat, avait utilisé une expression dégradante pour qualifier les personnes précaire : “les sans-dents”. Un terme qui à l’époque n’avait manqué de provoquer le scandale. “La seule chose qui était, pour lui, la plus grave dans le livre, c’était qu’elle l’accusait de traiter les pauvres de sans-dents. C’est ça qui était le plus lourd pour lui”, se souvient Bernard Poignant, conseiller spécial de François Hollande entre 2012 et 2017.

“Ce sont des pauvres, ils sont sans dents”

Preuve d’une crise grave : François Hollande avait pris la parole lors d’un sommet international. “Je n’accepterai jamais, je dis bien jamais que puisse être mis en cause, ce qui est l’engagement de toute ma vie. (…) Je ne vais pas laisser mettre en cause la conception de mon action au service des Français, avait-il tenu à dire. Un épisode sur lequel il était revenu une nouvelle fois deux ans plus tard dans le livre de “confidences” des journalistes du Monde, Fabrice Lhomme et Gérard Davet, Un président ne devrait pas dire ça… . Je lui ai dit (à Valérie Trierweiler – NDLR) : ‘je vois les gens qui viennent vers moi dans les manifestations, ce sont des pauvres, ils sont sans dents‘”, avait raconté à l’époque celui qui était encore chef de l’Etat.

Une défense qui n’avait échappé à Valérie Trierweiler à l’époque. La journaliste avait répliqué sur Twitter en dévoilant le contenu d’un SMS : “Je suis avec ma copine Bernadette (Chirac, alors conseillère générale en Corrèze – NDLR) dans une grande manifestation dans son canton. Je lui ai fait un numéro de charme. Mais tu ne dois pas t’inquiéter. Dans son discours, elle a fait un lapsus formidable. Rire général, même chez les sans-dents.” Un épisode qui a lourdement impacté la carrière politique de François Hollande.

Crédits photos : Capture d’écran – LCP

Autour de

Source: Lire L’Article Complet