VIDEO – « Répondez dans le respect ! » : Eric Dupond-Moretti recadré au Sénat

Au sénat ce 12 mai, l’intervention de Laurence Garnier, élue LR, n’a pas manqué d’agacer Éric Dupont-Moretti, qui a alors pointé du doigt la récupération politique du terrible féminicide de Mérignac. Mais le ministre de la Justice a rapidement été recadré.

A propos de


  1. Eric Dupond-Moretti

Le 7 mai dernier, Éric Dupond-Moretti a annoncé sa candidature sur la liste Lrem dans les Hauts-de-France pour les élections régionales. Déjà souvent clivant, le ministre de la Justice a de nouveau essuyé un lot de critiques. Celui qui avait récemment du mal à garder son calme face à Léa Salamé, en évoquant les partis concurrents, est à nouveau paru très agacé au Sénat, ce 12 mai. S’exprimant sur le sujet du terrible récent féminicide qui a eu lieu à Mérignac, il n’a par ailleurs pas manqué de se faire recadrer.

En cause ? L’intervention de Laurence Garnier, élue LR, qui a fait un procès au gouvernement sur cette affaire. « Rien n’a été fait pour protéger cette femme », a-t-elle déclaré, sous une pluie d’applaudissements de ses collègues. « Ce qui parfois me fait honte, c’est l’exploitation cynique et obscène d’une situation que nous avons tous à déplorer avec beaucoup d’émotion… », a alors estimé Éric Dupont-Moretti qui a bien eu du mal à finir sa phrase, interrompu par les huées de l’hémicycle du Palais du Luxembourg. « Nous avons fait bien plus que vous depuis des années », a-t-il continué, évoquant notamment le « bracelet électronique », avant d’être cette fois-ci arrêté par le président du Sénat.

[email protected] sur le féminicide à Mérignac : "Rien n'a été fait pour protéger cette femme. La mission d'inspection parle d'une série de défaillances : on croirait entendre une annonce de gare pour le retard d'un train. N'avez vous pas honte de votre politique ?" #QAG pic.twitter.com/z1q8g0iMeB

« Répondez dans le respect »

Gérard Larcher a tenu en effet à le rappeler à l’ordre : « J’ai appelé tout le monde au respect au début de la séance, donc vous répondez dans le respect et en respectant l’auteure de la question. » Un recadrage largement applaudi. Ce à quoi le Garde des Sceaux a alors rétorqué : « Je ne sais pas si demander au premier ministre s’il a honte, c’était respectueux… »

Crédits photos : Capture d’écran LCP

Autour de

Source: Lire L’Article Complet