Célébrités

VIDEO – « On passe à autre chose » : Laurence Ferrari propose de se passer d’AstraZeneca

Sur le plateau de son émission Punchline, diffusée sur CNews ce mercredi 7 avril, Laurence Ferrari a estimé qu’il faudrait envisager d’abandonner les doses du vaccin AstraZeneca.

A propos de


  1. Laurence Ferrari


  2. Gilles-William Goldnadel

S’il y a bien un vaccin anti-Covid-19 qui fait débat depuis quelques semaines, c’est bien l’AstraZeneca, notamment en raison du risque de thromboses. Ce mercredi 7 avril dans l’émission Punchline, diffusée sur CNews, Laurence Ferrari a donné son avis sur l’utilisation de ce dernier en France et elle n’a pas mâché ses mots. “Est-ce qu’il n’y a pas un moment où il faut se dire : ‘on arrête avec ce vaccin, il y a eu une défiance… On prend les doses qu’on a et on passe à autre chose, on en prend un autre’”, a-t-elle lancé, visiblement convaincue qu’il est préférable de proposer aux Français des injections de Pfizer ou encore de Moderna à la place.

Pas de quoi convaincre Gilles-William Goldnadel, qui lui a demandé si elle “plaisante” en déclarant cela. “Pas du tout”, lui a répondu la journaliste de 54 ans, sans tourner autour du pot. “La France est en train de rechercher, désespérément, des vaccins et vous, vous faites la difficile ?”, a répliqué l’avocat et chroniqueur du programme. Campant sur ses positions, Laurence Ferrari s’est tournée vers le Docteur Jean-Paul Hamon pour savoir si ses patients font également la fine bouche face au vaccin AstraZeneca. “Pour moi, il n’y a aucun problème. Les gens qui ont plus de 55 ans, qui n’ont pas d’antécédent thrombo-embolique, je les vaccine sans problème. Parce que les risques sont limités, si vous voulez”, a-t-il répondu, convaincu que l’on peut utiliser le fameux vaccin anti-coronavirus britannique sur certaines personnes, sans que cela ne soit dangereux.

Un objectif de vaccination massive

“On sait que ce sont principalement des femmes de moins de 50 ans. Il y a eu quelques cas chez les hommes, malheureusement, mais très très peu !”, a développé le médecin Jean-Paul Hamon. Pour lui, utiliser l’AstraZeneca permet avant tout de “vacciner une large part de la population”. “Je vous rappelle qu’il faut vacciner un maximum de personnes pour arrêter” le Covid-19, a-t-il ajouté sur le plateau de l’émission.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Capture d’écran CNews

Autour de

Source: Lire L’Article Complet