Célébrités

Un célèbre chef accusé d’agression sexuelle : le coup de gueule d’un jeune cuisinier parisien

Le nom du cuisinier parisien accusé de harcèlement et d’agression sexuelle devrait très prochainement être publié. Une nouvelle dont se réjouit Josselin Flocon, un jeune chef de la capitale, mais tout en dénonçant un système qui protège les agresseurs.

Le bruit circulait depuis des mois dans le petit monde de la cuisine à Paris, mais il est devenu assourdissant ces derniers jours : un chef, extrêmement reconnu et à la tête de plusieurs restaurants dans la capitale, est suspecté de harcèlement et d’agression sexuelle. Selon les premiers témoignages, il y aurait au moins sept victimes présumées, dont Bonny Peter, celle qui a lancé l’affaire en racontant sa terrible histoire sur Instagram. Si le nom de ce célèbre cuisinier n’a pas encore été dévoilé publiquement, il devrait l’être bientôt : plusieurs enquêtes journalistiques sont en cours, promettant une véritable déflagration dans le milieu. Après les premiers dossiers publiés en 2014 sur Atabula et en 2015 sur France TV, puis un livre choc de Nora Bouazzouni (Faiminisme: Quand le sexisme passe à table) paru en 2017, un nouveau séisme se prépare. Car en plus du chef suspecté d’agression sexuelle – qui envisagerait de quitter le pays – d’autres noms pourraient sortir très prochainement.

Un espoir de la gastronomie parisienne s’indigne

Cette tempête qui approche, Josselin Flocon l’attend avec une impatience non dissimulée. Le jeune chef est à la tête – avec son frère Alexis – de Flocon, dans le cinquième arrondissement de Paris. Déjà repéré par plusieurs critiques gastronomiques pour cet établissement lancé en juin 2019, le cuisinier s’exprime peu sur les réseaux sociaux. Mais ce mardi 18 août, il a décidé de le faire. « Aujourd’hui c’est trop. Comme vous le savez tous, un article va sortir (pour mon plus grand bonheur) sur tous les types de violences en cuisine et enfin des noms vont être donnés. Le problème c’est que beaucoup s’apprêtent à jouer leur meilleur mélodrame », a-t-il regretté. Josselin Flocon a ensuite expliqué dans sa story Instagram qu’il y avait tout un système à revoir, et ce dès les études. Il a notamment dénoncé « les profs de CFA qui reçoivent des plaintes de leurs élèves », mais qui les balaient avec « une assurance déconcertante » en disant à des adolescents : « Mais tu sais la cuisine c’est comme ça, c’est un métier difficile. »

Josselin Flocon a également évoqué « tous les associés, patrons qui sont au courant mais qui laissent courir en disant : “Tu sais, c’est le chef donc il fait ce qu’il veut” », et étrillé une partie de la presse culinaire. Le chef a particulièrement visé « les journalistes qui sont au courant depuis longtemps » mais qui ont « participé à la starification de certains ». Persuadé qu’ils « vont retourner leurs vestes quand ça va sortir », il les a mis en garde, au même titre que les autres. « Sachez juste que nous on sait, on sait que ça fait des années que vous êtes au courant, a-t-il écrit. Ça fait des années que vous donnez de la force à des connards, que vous participez au fait que les jeunes qui commencent ce beau métier ne connaissent plus les limites, et vous continuez de participer au dégoût des gens pour ce métier qui est si beau. Vrais reconnaissent vrais. Rien ne sera pardonné. » Une position similaire à celle de l’ancienne cuisinière Camille Aumont Carnel, qui a lancé le compte Instagram « Je dis non chef » et dénonce depuis 2019 toutes les violences en cuisine.

Source: Lire L’Article Complet