Célébrités

Sibeth Ndiaye insultée au téléphone : l'homme qui s'en est pris à elle s'explique

En mars dernier, Bastien Bacha, énervé par les propos de Sibeth Ndiaye sur les masques, trouvait le numéro de la porte-parole du gouvernement et l’insultait copieusement au téléphone. D’ici quelques jours, ce Toulousain de 40 ans devra passer devant le tribunal correctionnel.

“Il n’y a pas lieu de porter en continu et de façon générale un masque de protection”, déclarait Sibeth N’Diaye, le 18 mars dernier. Quelques mots qui ont provoqué la fureur de Bastien Bacha. Le jour suivant, après une mauvaise nuit, ce Toulousain de 40 ans trouvait sur Wikileaks le numéro de celle qui était alors porte-parole du gouvernement. Au matin, il l’appelait et l’insultait copieusement. Un geste qui lui vaut de passer devant le tribunal correctionnel d’ici quelques jours pour “outrage à personne dépositaire de l’autorité publique”, et dont il s’explique dans une interview dans La Dépêche du Midi.

“La crise du Covid, je l’ai sentie venir. Dès janvier, je suivais de près l’actualité et ça m’inquiétait. Le confinement ne m’a même pas surpris”, confie ce producteur de concerts. A l’époque, son angoisse ne s’apaise pas, alors que le gouvernement, et notamment Sibeth Ndiaye, multiplie les cafouillages sur la question du masque. La France peine alors à assurer un approvisionnement pour la population. “J’ai entendu, comme beaucoup, sa prise de parole sur les masques : cela ne servait à rien, c’était difficile, voir impossible à mettre. Du grand n’importe quoi. Elle prenait 70 millions de Français pour des débiles, s’explique Bastien Bacha. “Cela m’a mis en colère. Ces arguments ridicules visaient à couvrir un mensonge d’État, pour cacher l’incapacité du gouvernement à fournir des masques.”

“En trente secondes, je l’ai traitée de tous les noms”

Une attitude qui a fait défaillir le Toulousain. “Je pensais qu’elle ne répondrait pas mais j’ai tout de suite reconnu sa voix. Là je me suis lâché. En trente secondes, je l’ai traitée de tous les noms, se souvient-il auprès de nos confrères. Désormais, le quarantenaire se rend compte de l’absurdité de son acte. Avec le recul, je suis bien conscient que c’était ridicule, une vraie bêtise. Elle ne m’a rien dit. Cela aurait sans doute été plus constructif que nous échangions nos arguments”, confie Bastien Bacha.

Après le déconfinement, l’homme est arrêté, avant d’être placé en garde à vue. S’il assume son erreur et s’est “platement excusé” envers Sibeth Ndiaye, le Toulousain refuse d’écoper la peine de deux mois de prison avec sursis et d’un mois de travail d’intérêt général, proposée le procureur de la République. “Aujourd’hui on demande à des enfants de 6 ans de porter un masque et voilà six mois, Madame Ndiaye nous expliquait que cela ne servait à rien”, justifie-t-il. “Quand j’ai passé mon appel, je venais de lire ‘Indignez-vous !’ de Stéphane Hessel. On ne peut pas tout accepter, pas n’importe quoi, n’importe comment. Je m’en expliquerai devant le tribunal correctionnel.” De son côté, Sibeth Ndiaye a été auditionnée en septembre dernier par la Sénat dans le cadre d’une commission d’enquête sur la gestion de la crise sanitaire.

Source: Lire L’Article Complet