Célébrités

Raphaël Enthoven : qui est sa mère Catherine David qui le “faisait chier” ?

« Le Temps gagné », nouveau livre de Raphaël Enthoven n’en finit plus de faire polémique. Le philosophe s’y prend notamment à sa mère, la romancière et journaliste Catherine David.

Dans le nouveau livre de Raphaël Enthoven Le Temps gagné publié aux éditions de l’Observatoire le 19 août, Carla Bruni est la seule à ne pas en prendre pour son grade. Dans les 528 pages, la mère d’Aurélien est épargnée tout comme son actuel mari Nicolas Sarkozy qui n’est quasiment pas cité. En revanche, le philosophe n’a pas fait de cadeau au reste de sa famille. Son père a été particulièrement choqué et a fait savoir qu’il avait décidé de couper les ponts par SMS. « Je suis en deuil, j’ai le cœur brisé, c’est un livre atroce pour ceux qui, comme moi et d’autres, ont adoré Raphaël, et se retrouvent noyés dans un océan d’ingratitude. Je n’aurais jamais cru que ma vie, où il occupait une place centrale, puisse prendre une tournure aussi triste », expliquait Jean-Paul Enthoven dans les colonnes du Figaro le 2 septembre dernier.

« J’ai écrit quasiment d’une traite, en quatre mois. C’était là, en moi. Une urgence, quasi vitale. Je ne pouvais m’approprier mon histoire qu’en l’exposant, en me dépossédant. Je ne pouvais reprendre la main sur ma vie que si je le faisais de cette façon-là », avait expliqué Raphaël Enthoven à Paris Match. D’entrée, l’ouvrage met indirectement en cause sa mère en décrivant les agissements de son beau-père. « Non, on ne peut pas dire ça. Je n’étais pas, je crois, ce qu’on appelle un ’enfant battu’. Que resterait-il aux vraies victimes ?… J’étais juste un enfant trahi par les adultes et que son beau-père avait choisi d’élever comme lui l’avait été. C’est-à-dire avec brutalité », démarre l’auteur.

Une mère complice ?

Une violence qui n’aurait pas choqué sa maman, la romancière Catherine David. « La mère, journaliste, s’esclaffe avec son ‘rire de canard’ et ses mains de pianiste qui fument la pipe, font des doigts d’honneur et giflent parfois, mais moins fort », résumait Paris Match fin août. « Ma mère me faisait chier. Mon beau-père me faisait peur », écrit l’auteur. « Tu ne me touches pas, enc…», aurait-il fini par lancer à son beau-père violent. Ce qui lui vaut d’être envoyé vivre chez son père par sa mère.… Elle l’aurait accusé d’avoir « du poison dans le cœur ». Aujourd’hui « endolorie par une longue maladie », selon Paris Match, son fils lui aurait lu son livre choc. La femme de 70 ans aurait réagi en souriant.

CV impressionnant

La Franco-américaine, essayiste, critique littéraire et pianiste affiche un CV qui a de quoi rendre fier. Il y a quelques années, les propos de Raphaël Enthoven sur celle que l’on pouvait lire dans Le Nouvel Observateur étaient diamétralement opposés à ceux qu’il tient désormais dans son autobiographie. « Ma mère joue un rôle majeur dans ma vie. La façon que j’ai trouvée de laisser mes deux parents à leur place est de bosser avec eux. J’ai écrit avec mon père ‘Dictionnaire amoureux de Marcel Proust’, et j’ai fait des concerts-lectures avec ma mère autour de la petite phrase de Proust », avait-il confié dans une interview accordée à Marie-Claire dans laquelle il ne tarissait pas non plus d’éloges sur son père.

D’admirables à détestables ?

« Mes parents sont admirables, chacun dans son domaine. Mon père est d’une célérité d’esprit devant laquelle je m’incline bien souvent, et ma mère a une façon de jouer Schubert qui me laisse à genoux. Je remercie tous les jours le hasard de m’avoir donné des parents comme ceux-là », avait-il raconté visiblement comblé et ravi d’avoir évolué dans une telle famille. Des déclarations loin de laisser imaginer la sortie d’un tel ouvrage où ils sont dépeints avec beaucoup moins de bienveillance. Une « crise d’adolescence tardive » pour l’écrivain de 44 ans ?

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet