Célébrités

"Quotidien" : Sophie Davant, émue, fait de tendres confidences sur sa mère

Invitée dans l’émission Quotidien mercredi 18 novembre 2020, Sophie Davant était au bord des larmes en évoquant sa mère, décédée il y a 37 ans.

  • Sophie Davant

Sophie Davant s’est donnée un nouveau défi après 33 années de carrière à la télévision. En effet, la célèbre présentatrice lance S, un magazine papier féminin traitant de nombreux sujets : phénomènes sociétaux, bien-être, sexo, santé, psycho, spiritualité, actualités culturelles, mode, décorations ou encore voyages. Invitée dans l’émission Quotidien, la quinquagénaire a expliqué la raison de ce choix “Ce que j’ai envie de défendre avec ce magazine est que les femmes puissent y croire et se dire ‘Pourquoi pas moi ?‘. J’aimerais les déculpabiliser et leur donner envie d’emprunter les chemins qu’elles ont envie d’emprunter“. Un nouveau projet qui fait la fierté de l’animatrice d’Affaire conclue, qui n’a pas caché son émotion en évoquant sa mère, décédée alors qu’elle n’avait que 20 ans.

Sophie Davant au bord des larmes dans “Quotidien”

Sophie Davant était très émue en mentionnant celle qui l’a toujours inspirée : sa mère. “Là je vais être un peu émue parce que figurez-vous que ma mère est décédée un 17 novembre et elle a été enterrée un 19 novembre, on est juste entre les deux. Donc ce n’est pas rien. Je crois beaucoup aux signes et ce n’est pas rien que ce magazine sorte en ce moment” a confié l’animatrice avant de poursuive “Ma mère était quelqu’un que j’admirais beaucoup. Qui était magnifique, un peu comme Kim Novak, grande blonde, yeux bleus, pulpeuse, rien à voir avec moi physiquement“. L’ancienne épouse de Pierre Sled a confié que l’entente n’était pas au beau fixe au sein du duo “J’avais une sacré personnalité. On s’engueulait souvent avec ma mère. Je passais mon temps à poser des questions et je l’ai saoulé avec mes questions. Je voulais connaître le pourquoi du comment sur tout, sur tous les sujets. Et puis j’avais besoin de m’opposer pour me construire. C’est très commun à pas mal d’adolescents et de jeunes gens. Je me suis toujours demandée si nos deux personnalités auraient pu cohabiter à long-terme. C’est une réflexion douloureuse et difficile. Je l’ai perdu à 20 ans.” a-t-elle poursuivi. Plus de vingt ans après son décès, la douleur est toujours aussi présente…

Source: Lire L’Article Complet