Célébrités

PHOTOS – Caroline de Monaco et Charlotte Casiraghi : la beauté en héritage

A bientôt 64 ans, Caroline de Monaco s’affiche toujours très complice avec sa fille aînée, Charlotte Casiraghi. Soudées, les deux femmes partagent de nombreuses passions communes, comme la littérature.

A propos de

  1. Charlotte Casiraghi

  2. Caroline de Monaco

Un duo glamour qui fait toute la renommée de Monaco. Discrètes et élégantes, Caroline de Hanovre et sa fille, Charlotte Casiraghi, sont devenues de véritables atouts pour la principauté. A bientôt 64 ans (elle célèbrera son anniversaire ce 23 janvier), la première constitue désormais la doyenne du Rocher, héritière présomptive de son père, Rainier III, avant de céder sa place à son frère, Albert, devenu Albert II de Monaco. La seconde est quant à elle l’une des figures les plus médiatisées, cofondatrice des “Rencontres philosophiques de Monaco” et du “Prix Philosophie”.

Chacune perpétue à leur façon la mémoire de Grace Kelly, décédée en 1982 dans un accident de voiture. Selon les souhaits de sa mère, Caroline de Monaco a créé la Compagnie des ballets de Monte-Carlo trois ans après sa disparition tragique. Huit ans plus tard, elle a pris la présidence de l’AMADE, un gala en faveur de l’enfance, que Grace Kelly avait fondé trente ans plus tôt. De son côté, Charlotte Casiraghi n’hésite pas à rendre régulièrement hommage à sa grand-mère, comme lors de son mariage avec Dimitri Rassam en juin 2019, durant lequel la jeune femme a porté un collier Cartier ayant appartenu à l’actrice américaine.

Deux femmes très soudées

Liées par l’amour comme la tragédie (le père de Charlotte, Stefano Casiraghi, est décédé en 1990 dans un accident de motonautisme), les deux femmes ne cessent de s’afficher complices et soudées autour de passions communes, comme la littérature. Preuve en est avec ces rares paroles de Charlotte Casiraghi sur sa mère – également grand-mère très présente – dans Madame Figaro, en octobre dernier : Tu as veillé sur nous sans jamais être interventionniste. (…) Nous disposions de beaucoup de liberté, ce qui ne veut pas dire que nous étions mis de côté. Nous avons été livrés à une solitude très bienfaisante : c’est ce qui fait qu’on construit un imaginaire puissant.” Un émouvant récit de transmission.

Crédits photos : JUNIOR / BESTIMAGE

Source: Lire L’Article Complet