Célébrités

Nicolas Bedos : pourquoi la mort de Jean-Loup Dabadie l'a plus « saisi » que celle de son père

En quatre jours, Nicolas Bedos perdait son parrain, puis son père. Deux pertes absolument terrible pour le comédien. Néanmoins, il avoue que la mort de Jean-Loup Dabadie l’a davantage “saisi” que celle de Guy Bedos. Explications.

Nicolas Bedos

Guy Bedos

Quelle année terrible pour Nicolas Bedos. 2020 lui aura arraché trois personnes qu’il aimait par-dessus tout : sa marraine, la prestigieuse avocate Gisèle Halimi, décédée ce mardi 28 juillet, ainsi que les deux hommes de sa vie : son père et son parrain. C’est ce dernier qui est parti le premier. Jean-Loup Dabadie a tiré sa révérence le 24 mai dernier. Quatre jours plus tard, le 28 mai, Guy Bedos le rejoignait. Atteint de la maladie d’Alzheimer, l’humoriste au grand cœur n’a pas compris le confinement et a très mal vécu la séparation avec ses enfants. Il a donc préféré couper court à cette vie qui perdait de sa saveur. Le déchirement a été total pour sa famille. La peine est incommensurable. Nicolas Bedos confie d’ailleurs au Point ce jeudi 30 juillet être toujours « dans le manque » de ce papa qu’il a tant aimé. Néanmoins, la mort de son parrain l’a sans doute davantage bouleversé que celle de son père. « La mort de Jean-Loup m’a cueilli », lance-t-il ébaubi, à plusieurs reprises à nos confrères. En cause ? Une différence notable entre la perte de Jean-Loup Dabadie et celle de son père.

« Je le pensais en pleine forme »

Pour Guy Bedos, Nicolas était plus ou moins prêt. Il savait que l’inéluctable allait arriver d’ici peu. « J’ai eu la chance d’avoir un père malade. Il a eu la politesse et l’élégance de nous envoyer des signes en amont, afin que l’on se prépare à sa disparition », explique-t-il. Ce qui n’a pas été le cas pour ce qui est de celle de Jean-Loup Dabadie, qui a été une véritable surprise, pour Nicolas Bedos. Cela lui laisse donc un goût amer, un goût d’inachevé. « J’ai été saisi par la mort de Jean-Loup Dabadie. Nous étions extrêmement proches. Je suis d’ailleurs davantage dans la prolongation du travail de Jean-Loup que dans celle de mon père », estime le grand frère de Victoria Bedos. Et de révéler : « Sa mort n’était pas prévue. Je le pensais en pleine forme. Ce départ en duettistes m’a laissé sans voix ». Lui qui comptait sur « Jean-Loup pour prolonger la présence de papa » a dû se faire une raison. « Au moment où papa partait, j’ai dit à maman : ‘comme cela va nous faire du bien de retrouver Jean-Loup !’ », confie-t-il avec tendresse.

Source: Lire L’Article Complet