Célébrités

Mort d'Annie Cordy : pourquoi la chanteuse n’a jamais demandé la nationalité française

Vendredi 4 septembre, Annie Cordy nous a quittés à l’âge de 92 ans. Si elle a passé la majeure partie de sa vie à Paris puis, à Cannes, l’artiste d’origine belge n’a jamais demandé la nationalité française.

Annie Cordy

Le monde du spectacle est en deuil. Vendredi 4 septembre, Annie Cordy est décédée à l’âge de 92 ans. Une nouvelle qui a attristé bon nombre de personnalités, lesquelles se sont empressées de lui rendre hommage sur les réseaux sociaux. L’inoubliable interprète de Tata Yoyo a rendu son dernier souffle chez elle, à Cannes, en présence de sa nièce Michèle Lebon, qu’elle a toujours aimée comme sa propre fille. « Avec ma nièce Mimi, la fille de ma sœur, c’est l’amour total, on se complète, confiait l’artiste dans les colonnes du Figaro en 2015. J’ai une chance inouïe, ça fait douze ans qu’elle vit avec moi, que je me repose sur elle. J’ai quelqu’un à côté de moi sur qui je peux compter, j’ai une fin de vie exceptionnelle. J’ai vendu mon appartement parisien et on a décidé de s’installer toutes les deux à Cannes. »

Annie Cordy ne voulait pas avoir la nationalité française

En 60 ans de carrière, Annie Cordy est devenue l’une des figures les plus populaires dans l’Hexagone. Pourtant, la star née à Laeken, près de Bruxelles, en Belgique, n’a jamais voulu obtenir la nationalité de son pays d’adoption. Invitée au micro de RMC à l’occasion de son rôle dans Laissez-moi sortir, la dernière pièce de théâtre qu’elle a jouée, en 2010, celle que l’on surnommait Nini la Chance avait confirmé qu’elle payait ses impôts en France, bien qu’elle était belge. « J’habite en France, il est normal que je paye mes impôts ici. […]  Quand j’ai épousé mon mari [François-Henri Bruno, ndlr] qui était français, j’ai demandé à garder ma nationalité parce que je ne voulais pas faire de peine à mes parents », avait-elle expliqué. Pour Annie Cordy, rien n’était plus important que sa famille.

Source: Lire L’Article Complet