Célébrités

Marion Maréchal Le Pen menacée de mort : elle évoque "la pire période" de sa vie

À l’occasion de la sorti du livre de la journaliste de Marianne Louis Hausalter, Marion Maréchal Le Pen a livré quelques confidences sur son enfance. Certaines d’entre elles font froid dans le dos…

Fini la politique ? En tout cas c’est ce que nos confrères de L’Obs laissent sous entendre. Selon leurs informations, Marion Maréchal pourrait se voir confier une émission sur CNews. « Dans la foulée, des intervenants réguliers de LCI, ayant eu vent des idées de la concurrence, ont approché la petite fille de Jean-Marie Le Pen », ajoute l’hebdomadaire. Il faut dire que ce choix pourrait signer un véritable tournant dans la ligne éditoriale de la chaîne qui a déjà accueilli le polémiste Eric Zemmour, condamné pour provocation à la haine raciale. Rappelons que la petite-fille de Jean-Marie Le Pen a été élue députée du Vaucluse en 2012 sous les couleurs du Front National. En 2017, elle s’est finalement retirée de la vie politique et elle a lancé en 2018 l’Institut des sciences sociales, économiques et politiques (ISSEP), dont elle est la directrice générale.

Sur les réseaux sociaux, elle continue toujours de prendre position sur des débats d’actualité comme, récemment, lorsque la marque L’Oréal annonçait vouloir supprimer certains mots de ses produits comme « blanchissants ». Marion Maréchal s’exprimait sur ce sujet via son compte Twitter : « Donc maintenant la simple évocation du mot ‘blanc’ est considérée comme raciste… Entre bêtise et ridicule, nous n’en avons pas fini avec ce délire général… » Et la famille Le Pen fascine autant qu’elle interroge. Si bien que l’on ne compte plus les ouvrages sur le clan (qui se décime peu à peu)…

La journaliste Marianne Louis Hausalter vient tout juste de sortir un livre dans lequel elle a interrogé Marion Maréchal sur les premières années de sa vie. L’école élémentaire était pour elle la “pire période” de sa vie. Elle explique : “Mon cousin Quentin et moi avons vécu ce qu’on appellerait aujourd’hui un véritable harcèlement scolaire, à la fois verbal et physique […] tout le monde savait qui on était”. Mais en avril 2002, lorsque son grand-père atteint le second tour des présidentielles, les choses se corsent. “Des menaces de mort tous les jours, de l’anthrax dans la boîte aux lettres, des menaces d’enlèvement que mon père recevait pour mon frère et moi.” Elle n’avait que douze ans à l’époque et elle s’en souvient encore, elle estime avoir “vécu un enfer”.

La rédac’

Source: Lire L’Article Complet