M. Pokora : ce chanteur contraint de “suivre une psychothérapie” à cause de lui

Avant de mener une carrière solo de rêve, M. Pokora faisait partie du groupe Linkup devenu célèbre grâce au télé-crochet Popstars. Mais l’arrêt brutal de ce projet n’a pas été digéré par son ex-acolyte Lionel Tim qui s’en est ému dans les pages de Public, le 3 décembre 2021.

  • M Pokora

Si M. Pokora a eu le mérite de croire en son étoile, ses anciens camarades d’aventure n’ont pas connu la même trajectoire, se perdant dans la galaxie de l’industrie musicale. Le 20 novembre 2003, le télé-crochet Popstars trouve ses nouveaux talents avec Matthieu Tota, Lionel Tim et Otis, qui succèdent ainsi aux L5 et aux Whatfor. Le groupe de garçons cartonne sous le nom des Linkup grâce aux tubes Mon étoile et Une seconde d’éternité avant d’exploser en plein vol. La faute au premier, qui, fort de sa popularité, souhaite poursuivre sa carrière musicale en solo. Un coup de maître pour celui qui deviendra M. Pokora mais aussi un coup de massue pour les autres membres du boys-band, qui accuseront leur acolyte de leur avoir planté un coup de poignard dans le dos. Si Otis est resté bloqué au rez-de-chaussée, stoppant la musique, Lionel Tim a, quant à lui, essayé de rester en haut de l’affiche avant de vivre une grosse traversée du désert.

« C’est compliqué de vivre dans l’ombre de quelqu’un qui cartonne »

Aujourd’hui comédien, celui qui a joué les chauffeurs de salle sur le plateau de Cyril Hanouna a toujours confié qu’il avait eu du mal à se faire au succès colossal du compagnon de Christina Millian. Un ressentiment confirmé dans les colonnes de Public, en kiosque le vendredi 3 décembre 2021. « C’est compliqué de vivre dans l’ombre de quelqu’un qui cartonne. J’essayais de faire des singles et je voyais Matt en affiche 4 x 3 dans tout Paris. Des fans venaient me voir en me donnant des cadeaux pour lui… On me ramenait systématiquement à ça. J’ai voulu en parler sur scène pour crever l’abcès », a-t-il rapporté pour expliquer le thème de sa dernière pièce de théâtre. Pire, il aurait aimé que le Strasbourgeois soit un peu plus redevable envers ceux avec qui il a débuté, en prenant plus régulièrement de leurs nouvelles. « La dernière fois, c’était en 2018. Je lui ai dit la douleur que j’avais ressentie, mais il a botté en touche, en me disant que c’était un milieu concurrentiel, a-t-il indiqué à nos confrères. « Heureusement que je suis une psychothérapie depuis une quinzaine d’années ou j’aurais été effondré ! » C’est plutôt tous pour un que un pour tous pour les trois anciens mousquetaires.

A lire aussi : Matt Pokora : ce jour où son idole de jeunesse a failli acheter sa villa californienne

Source: Lire L’Article Complet