Célébrités

Les Grosses Têtes : les propos lourds de sens de Steevy Boulay sur le départ de Jean-Jacques Peroni

Quelques jours après le départ des Grosses têtes de Jean-Jacques Peroni, Steevy Boulay a pris la parole. Le sociétaire a tenu des propos lourds de sens.

"Je n’ai aucun regret". Sociétaire des Grosses Têtes depuis plus de vingt ans, Jean-Jacques Peroni a quitté la station de radio il y a quelques jours après avoir tenu des propos houleux. "On est censuré par la bien-pensance et la moraline. Il y a de l’autocensure. Je raconte une blague et Laurent Ruquier me dit : ‘Celle-là, on va la couper’. Comme je dis, on n’est pas à France Inter ici, merde", s’agaçait-il sur le plateau de Non Stop People. Ce mardi 6 avril, c’est un autre sociétaire qui s’est exprimé sur son départ. Sur la même chaîne, Steevy Boulay a tenu des propos lourds de sens. Notamment au sujet des accusations de Jean-Jacques Peroni. "Je n’ai pas l’impression d’être censuré. Je pense qu’on peut dire ce qu’on veut dans ‘Les Grosses Têtes’ (…) Je ne sais pas ce qu’il a Jean-Jacques", a-t-il commencé.

"Les bars sont fermés, il n’a pas peut-être pas le moral. C’est quelqu’un que j’estime beaucoup, attention, a continué Steevy Boulay, touché par son départ. Je ne pense pas qu’il ait été viré. Je pense que son départ est volontaire. Je suis très triste. Avant l’émission, je parlais souvent avec lui. On parlait de la Bretagne qu’on adore (…) Il va beaucoup me manquer en tout cas, ça c’est une certitude." Quelques jours avant lui, c’est Laurent Ruquier qui a pris la parole à ce sujet. "On n’a pas écarté Jean-Jacques. Manifestement, c’est lui qui a eu envie d’arrêter", assurait l’animateur des Grosses têtes dans les colonnes du Parisien. Il continuait : "Il aurait été là la semaine prochaine comme d’habitude, s’il n’avait pas annoncé lui-même qu’il s’en allait. C’est triste et bien dommage".

Jean-Jacques Peroni : "On ne peut pas dire ce qu’on veut. C’est la muselière"

Le présentateur d’On est en direct répondait ensuite aux accusations de l’ex-sociétaire des Grosses têtes. "On a un formidable espace de liberté aux Grosses têtes. Mais on fait attention à ne pas faire de provocation, de dire des choses diffamatoires, tout comme dans d’autres émissions, ajoutait-il. Quand des blagues peuvent être racistes ou homophobes au premier ou au 12e degré, oui je les coupe ! On me le reprocherait si je les laissais passer." Auprès de Pure Médias, Jean-Jacques Peroni expliquait ne pas être triste de quitter l’émission. "Depuis que M6 a racheté, ce n’est plus RTL. Ce n’est plus la rue Bayard. Il n’y a plus rien à en dire, rageait-il dans les colonnes de nos confrères. On ne peut pas dire ce qu’on veut. C’est la muselière. Moi, la muselière, je l’arrache." Il va désormais quitter Paris pour s’installer en Bretagne.

Source: Lire L’Article Complet