Célébrités

Léo ("Les 12 Coups de midi") : celui qui l'a inspiré, sa méthode pour réussir, son célibat… le champion se confie – EXCLU

INTERVIEW – Léo, le grand champion des 12 Coups de midi depuis le 31 août 2020, ne cesse de gravir les échelons étape après étape. Vainqueur de deux Étoiles mystérieuses, une cagnotte qui s’élève déjà à 184.645 euros, l’étudiant de 20 ans a accordé une interview à Femme Actuelle. Confidences d’un jeune homme à l’aise dans ses baskets.

  • Jean-Luc Reichmann
  • Paul – Les 12 coups de midi

Léo, étudiant à Sciences Po Rennes, est en train de faire un parcours sans faute aux 12 Coups de midi sur TF1. Depuis le 31 août 2020, le jeune homme de 20 ans, originaire de Saint-Lô, en Normandie, enchaîne victoire sur victoire, sous l’œil de sa famille et de ses amis. A la tête d’une belle cagnotte de 184.695 euros, en 44 participations, il a déjà remporté deux Étoiles mystérieuses. Surnommé “Léo de la Mancha” ou “Mini-président” par Jean-Luc Reichmann, celui qui a tout de même obtenu son bac S avec une moyenne de 19,84 s’est confié à Femme Actuelle sur ses motivations, sur celui qui l’a inspiré et sur Jean-Luc Reichmann.

Femme Actuelle : Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous inscrire aux 12 Coups de midi ?
Léo :
L’émission date de 2010. J’avais dix ans quand ça a commencé. J’ai toujours plus ou moins assidûment regardé Les 12 Coups de midi. J’étais intéressé par la culture générale mais ce que j’aimais bien c’était le côté divertissement. C’est la combinaison des deux qui m’a donné envie de faire ce jeu plutôt qu’un autre. Voilà pourquoi j’ai voulu participer aux sélections.

Combien de temps s’est-il écoulé entre le casting et le premier enregistrement ?
L. :
J’ai passé les sélections en janvier 2020 et les premiers tournages ont commencé en juillet. Vu le confinement, ce n’est pas un délai si énorme. Il y a plusieurs étapes dans la sélection. A la fin, nous étions une dizaine avec une chance d’être pris, mais on ne savait pas vraiment quand.

Comme il n’y a pas de public à cause du coronavirus, on voit que vous êtes très entouré par votre famille, votre mère Séverine, votre sœur Juliette et votre père Stéphane, qui apparaissent par visioconférence. Que pensent-ils de votre parcours ?
L. :
Ils sont tous évidemment très contents. D’autant plus qu’ils ont suivi mon entraînement et mes révisions, surtout pendant le confinement où j’étais avec eux tout le temps. Ils sont très heureux et fiers pour moi que ça paie. Je suis aussi très content de pouvoir partager avec eux. C’est vrai que, s’il y avait eu du public, cela n’aurait pas forcément été évident de les faire venir, donc je suis content d’avoir eu la possibilité de les faire participer par visioconférence. Même si je n’ai pas profité de l’occasion de faire les émissions avec du public qui doit être très différent de ce que j’ai pu faire là.

C’est vous qui choisissez les personnes qui apparaissent sur le plateau ?
L. :
Le matin du jour du tournage, on envoie la liste des accompagnants pour les émissions. Mais c’est de plus en plus difficile au fil des participations de trouver des personnes pour venir m’accompagner même en visio. Surtout que, depuis la rentrée, les gens sont moins disponibles.

Quand vous dites que vous vous êtes entraîné pour cela, de quelle manière l’avez-vous fait ?
L. :
Principalement sur des sites de quiz ou des applications de quiz que j’ai pu télécharger. Quand je me suis inscrit, avant même de passer les sélections, je me suis dit que si j’y allais, ce serait bien d’être préparé et d’essayer de m’entraîner. Je sais qu’il y a pas mal de champions de jeux télés qui font, en général, des fiches. Mais je ne suis pas très adepte de ce genre de révision. Je préfère le côté un peu ludique des questions. Je m’entraîne sur des quiz de culture générale, dans tous les domaines. J’ai des points faibles quand même, mais cela m’a permis d’avoir des connaissances un peu partout.

Paul, l’un des précédents maître de midi est un féru d’histoire. Avez-vous une matière de prédilection ?
L. :
Effectivement, il y a des domaines où je suis un petit peu plus fort, comme l’histoire-géo ou le sport. Mais je n’ai pas du tout la mémoire des dates comme Paul. D’ailleurs, je n’essaie pas particulièrement de les retenir. À part les dates des grands évènements. Mais les dates de naissance des personnalités ou quoi que soit, non, je ne les connais pas.

Par rapport à votre programme de révisions, vous êtes-vous fixé des objectifs comme de connaître toutes les capitales du monde ?
L. :
Quand on veut gagner il y a des choses basiques à connaître comme les capitales. Les apprendre bêtement, ça peut toujours servir. Il y a aussi les présidents des États-Unis, de France ou encore les Jeux Olympiques. Ce sont des choses qui s’apprennent un peu bêtement en liste. On a tous des points faibles et des points forts.

Quelle est votre relation avec Jean-Luc Reichmann ?
L. :
Au tout début, on n’échangeait pas forcément énormément. Au fil du temps, on a parlé davantage. C’est plaisant de voir que c’est un vrai professionnel en dehors des émissions. Quand on discute avec lui, il y a toujours un échange qui apporte pas mal. Je ne suis pas du tout déçu.

Y a-t-il un maître de midi dont le parcours vous a inspiré ?
L. :
C’est Paul. Quand j’ai vu son parcours et son âge, il avait 19 ans, je me suis dit “ah, à cette âge-là, on peut gagner !“. Après, j’ai apprécié tous les maîtres de midi. J’aimais bien le style un peu pédagogique de Benoît. Ils sont tous très sympathiques.

Dans l’émission du 29 septembre 2020, votre mère vous avez fait la surprise de faire venir vos grands-parents, Pierre et Eliane, en visio. Pourquoi étiez-vous si ému de les voir apparaître à l’écran ?
L. :
Comme c’est moi qui choisissais à chaque fois qui allait m’accompagner en visio, j’avais évidemment demandé à mes grands-parents s’ils voulaient ou pas. Mais ils n’étaient pas très enclin à le faire car ils ne voulaient pas être vus. Et donc, j’avais compris qu’ils ne le feraient pas. Et en fait, ce n’est même pas ma mère qui leur a demandé. C’est eux qui l’ont appelée pour lui dire qu’ils aimeraient bien en faire une finalement. Pour une émission, j’avais dit à maman : “sur cette émission-là, c’est toi qui va la faire avec Juliette”. Après ils se sont arrangés pour me faire la surprise. Je ne m’y attendais pas du tout. En plus, le rythme des tournages est très intense. Je pense qu’on craque plus facilement. J’étais vraiment hyper content et très ému. J’ai été cueilli ! En plus, il s’agissait de ma trentième participation. Ils l’ont vraiment fait pour moi. Ils se sont sans doute dit qu’ils allaient le regretter si jamais je venais à être éliminé. C’est un cadeau !

Jean-Luc Reichmann vous taquine gentiment là-dessus. Êtes-vous toujours célibataire ?
L. :
Oui, toujours. Je suis toujours célibataire. Je suis venu aussi pour toutes ces petites taquineries. Il y a un vrai échange entre Jean-Luc Reichmann et les candidats. C’est le jeu et ça ne me dérange pas du tout.

A lire aussi : Léo (“Les 12 Coups de midi”) sur le point de découvrir l’Étoile mystérieuse ? Il nous confie sa méthode

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet