Célébrités

Le prince Harry et Meghan Markle étaient jaloux des Cambridge, clame une nouvelle biographie

Les Sussex «ne se sentaient pas soutenus» par la famille royale et auraient eu la sensation de passer au second plan, peut-on lire dans Finding Freedom, une biographie du couple à paraître le 13 août en France, dont un premier extrait a été dévoilé par le Times, le samedi 25 juillet.

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Linkedin
  • Whatsapp

Il régnait un froid glacial, le 9 mars, au sein de l’abbaye de Westminster – et celui-ci n’était pas uniquement dû à la température ambiante. Deux mois après l’annonce de la prise de distance des Sussex avec leurs fonctions royales, le prince Harry et Meghan Markle avaient retrouvé le prince William et Kate Middleton lors des célébrations de la Journée du Commonwealth. Mais les deux couples s’étaient à peine adressé la parole, alimentant encore davantage les rumeurs autour d’une brouille royale.

Les journalistes Omid Scobie et Carolyn Durand – le premier est spécialiste de la royauté chez Harper’s Bazaar, la seconde écrit pour Elle et O, The Oprah Magazine – affirment dans leur livre Finding Freedom: Harry, Meghan, and the Making of a Modern Royal Family (traduisez, Trouver la liberté : Harry et Meghan, l’histoire d’une famille royale moderne) que les parents d’Archie étaient en réalité jaloux des Cambridge. En témoigne un extrait dévoilé par le Times, le samedi 25 juillet.

Relégués au second plan

Avant leur prise de distances avec leurs fonctions royales, les Sussex auraient été agacés de devoir sans cesse «se mettre en retrait» par rapport à certains membres du clan Windsor – notamment les futurs héritiers du trône d’Angleterre. «S’ils (le prince Harry et Meghan Markle, NDLR) respectaient tous deux la hiérarchie royale, il était difficile pour eux, lorsqu’ils souhaitaient se consacrer à un projet, qu’on leur dise d’attendre car un membre de haut rang de la famille royale, que cela soit le prince William ou le prince Charles, avait une initiative ou une tournée officielle à annoncer en même temps», a révélé une source anonyme aux journalistes.

Le prince Harry et Meghan Markle auraient ainsi eu la sensation de passer au second plan, d’être «mis à l’écart» par Buckingham Palace, dont certains membres ont été qualifiés par un témoin anonyme de «vipères». Certains officiels du Palais auraient ainsi tenté de «maîtriser» la popularité des Sussex, de peur qu’elle n’excède celle de la famille royale. Le prince Harry et Meghan Markle, frustrés par les décisions de l’institution, auraient eu le sentiment de ne pas être «soutenus» par les Windsor. Des témoins anonymes ont déclaré que le prince Harry était même dénigré par les membres de la Cour, car il était jugé «trop sensible et franc». Le duc de Sussex aurait affirmé qu’il ne se sentait «pas protégé» par le clan Windsor, et que les officiels du Palais «ne reculeraient devant rien pour rendre la vie de Meghan difficile».

En vidéo, chronologie du «Megxit» en onze dates

“Elle a abandonné sa vie entière”

Le couple aurait mal vécu le fait de vivre sous l’égide de Buckingham Palace, et souhaitait créer sa propre maison royale. Des tensions qui ont conduit à l’émancipation des Sussex, et à l’annonce de leur prise de distance avec leurs fonctions royales, le 8 janvier. Meghan Markle aurait ainsi déclaré à l’un de ses amis, les larmes aux yeux, qu’elle avait «abandonné sa vie entière pour cette famille (royale, NDLR)» et «ne pouvait s’imaginer participer à nouveau à quoique ce soit de royal».

Contrairement à ce qui avait récemment été annoncé, le prince Harry et Meghan Markle n’auraient pas accordé d’interview à Omid Scobie et Carolyn Durand durant la rédaction du livre, a révélé un porte-parole des Sussex. Mais les journalistes auraient obtenu leur bénédiction pour s’entretenir avec des proches du couple. L’ouvrage, à paraître le 13 août en France, serait désormais une source d’inquiétude pour Buckingham Palace. Contactés par le Daily Mail, des employés du Palais estimeraient que les Sussex «pleins de rancœur» utiliseraient l’ouvrage pour «régler leurs comptes». Et que la publication du livre pourrait «dégrader davantage leurs relations avec la famille royale». L’ouvrage anéantirait ainsi tout espoir de les voir un jour regagner les rangs du clan Windsor.

Source: Lire L’Article Complet