Célébrités

« Je quittais tout le temps mon mari » : Audrey Dana évoque ses problèmes conjugaux

Dans les colonnes de Gala, Audrey Dana a évoqué ce jeudi 22 juillet sa relation actuelle et celles passées. L’actrice et réalisatrice de 43 ans a dû traverser plusieurs obstacles avant d’être pleinement épanouie.

L’amour n’est pas un long fleuve tranquille. Alors qu’elle est à l’affiche de Profession du père de Jean-Pierre Améris, en salles le 28 juillet, Audrey Dana nous a accordé, ce jeudi 22 juillet, un entretien. Au cours de notre échange, l’actrice et réalisatrice de 43 ans s’est épanchée sur sa vie privée. Pour celle qui fut révélée par Claude Lelouch, les relations amoureuses n’ont pas toujours été simples. « J’ai eu beaucoup de mal à compter sur mon mari », explique-t-elle en évoquant l’homme qu’elle a épousé il y a cinq ans. Elle précise : « Je le quittais tout le temps, jamais très longtemps, mais tout le temps. Il fallait que je dépose les armes. »

Comme l’explique Audrey Dana, les raisons de ses multiples départs sont profondes. « J’ai été dans des relations si compliquées pendant des années. En fait, je pensais ne pas mériter d’être aimée », se souvient-elle dans les colonnes de Gala. C’est plus tard qu’elle a voulu se défaire de ce poids : « Je suis partie à l’étranger pour suivre une thérapie qui met dans des états de conscience modifiés. Cela m’a permis de faire un énorme pas en avant, de me confronter à mes résistances, à mes démons intérieurs. »

« L’amour gagne toujours »

En effet, la comédienne et réalisatrice de Sous les jupes des filles confie s’être retrouvée dans une relation peu saine pour elle et à quel point il a été dur d’y renoncer. « Sur le papier, à la première crise, j’aurais dû prendre mes affaires et partir. C’est compliqué d’admettre qu’on s’est gouré, qu’on a figé notre instinct », explique-t-elle. Une situation qui fait écho, peut-être, au rôle qu’elle joue dans Profession du père : celui d’une femme confrontée à la violence de son mari et désireuse de s’en émanciper.

Toutefois, Audrey Dana, que les épreuves ont construite, reste optimiste et affirme que « l’amour gagne toujours ». Une résilience que l’actrice tire de son enfance, alors que le domicile familial accueillait des enfants de la Ddass : « Je sais qu’il y a pire, qu’il y a mieux, qu’il n’y a pas d’échelle dans la douleur. » Cette empathie, Audrey Dana l’utilise aussi à l’écran et dans son jeu d’actrice. Elle sera d’ailleurs à l’affiche du film Les Choses humaines d’Yvan Attal cette année.

Notre interview d’Audrey Dana est à retrouver dans le magazine Gala, en kiosque ce jeudi 22 juillet.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : COADIC GUIREC / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet