Célébrités

INTERVIEW – Thomas (Koh-Lanta, Les Armes Secrètes) : « J’étais à bout »

C’est un Thomas épuisé qui a été éliminé de Koh-Lanta, Les Armes Secrètes ce vendredi 14 mai. L’aventurier se confie sur sa fin de parcours et les tensions avec ses anciens camarades des jaunes, notamment Vincent, Laetitia et Lucie.

Thomas Koh-Lanta, Les Armes secrètes

Voici : Est-ce que vous vous attendiez à cette élimination ?
Thomas :
Mon élimination n’est pas une surprise. Après le départ de Mathieu, Shanice et Myriam, je savais que la tête à abattre c’était moi. J’ai eu une semaine de répit grâce aux destins liés, mais je sais qu’avec mon comportement, le fait que j’ai pris ma vengeance auprès de Vincent et Laetitia… C’était sûr que mon tour viendrait. Après, c’est vrai que mon corps n’a pas aidé non plus, en faisant un malaise devant tout le monde…

Ce malaise arrive quelques heures avant le conseil…
Physiquement, j’étais à bout. Avoir perdu mes trois acolytes du jeu faisait que le mental n’était plus là. Et on sait que le mental sur Koh-Lanta, c’est beaucoup… Une fois qu’il n’est plus là, le physique n’est plus là. On l’a vu… En faisant un malaise devant eux, je leur ai donné de quoi voter conter contre moi.

Est-ce que vous avez dû voir le médecin ?
Non, ça arrive fréquemment… Tout le monde avait la tête qui tournait quand on se mettait debout et qu’on se levait trop tôt, parce qu’on ne mangeait plus. On le voit dans l’épisode : on ne mange qu’une journée sur deux parce qu’on n’a plus de riz. Et j’ai perdu tellement de kilos… J’ai perdu 12 à 13 kilos, donc pour un gros gabarit comme moi qui a l’habitude de manger, 30 jours c’était énorme. Là, j’ai perdu l’équilibre. Heureusement que Arnaud me retient, sinon je tombe dans le feu. Je peux comprendre que ça fasse peur et leur décision de voter contre moi : c’est plus facile de voter contre quelqu’un qui est physiquement affaibli.

Est-ce que vous avez eu du mal à vous remettre du tournage ?
On est très bien suivis, on a un médecin qui nous explique qu’il faut remanger progressivement, qui nous dit quels aliments il faut éviter, comment procéder pour que le corps réagisse bien. On a un très très bon suivi. Petit à petit, j’ai repris des forces et mon corps a repris un rythme normal.

On a vu pour la première fois des critiques envers Flavio. Est-ce que vous pensez qu’il mérite d’aller en finale ?
Il mérite ! Ce n’est pas un rouge, ce n’est pas un jaune, c’est un orange. Il va où le vent le mène, comme beaucoup de gens le disent dans l’épisode. C’est quelqu’un qui n’a jamais pris parti. Alors moi je trouve ça triste, mais c’est ce qui lui a permis d’être là où il en est à l’heure actuelle. Et peut-être qu’il va gagner Koh-Lanta, on ne sait pas ! C’est sa façon de jouer et ça lui réussit, tant mieux pour lui. Mais ce n’est pas la mienne.

Etes-vous toujours en contact avec lui ?
Oui, c’est quelqu’un que je vois en dehors, qui est venu chez moi. Il m’a proposé de venir chez lui, mais pour le moment avec mon emploi du temps et tout ce qui est Covid, je n’ai pas eu le temps de descendre dans le sud. Mais c’est quelqu’un que j’ai régulièrement au téléphone, qui est devenu un ami.

Finalement, les seuls jaunes avec qui vous n’êtes plus en contact sont Vincent et Laetitia.
Et Lucie.

Vous leur en voulez toujours ?
Non, je n’ai aucune rancœur, je n’ai pas de haine contre eux. Je sais très bien que Vincent n’est pas une mauvaise personne, parce que j’ai été proche de lui au début du jeu. Mais ce que j’ai du mal à comprendre et accepter, c’est qu’on était une famille jaune. On a été en galère pendant 12 jours sans feu, sans rien, on s’est serré les coudes, on avait une très bonne ambiance… Pour Lucie, on a quand même éliminé Aurélien, un capitaine d’équipe ! Pour Laetitia, on a quand même éliminé Elodie, qui méritait peut-être d’aller plus loin.

Et ils ont pourtant voté avec les rouges…
C’est des gens à qui on faisait confiance, qui étaient intégrés. Et au moment où on est arrivés à la réunification, alors qu’on avait les moyens d’éliminer les rouges, il a fallu qu’ils retournent leur veste et qu’ils éclatent tout ce qu’on avait fait. On construit quelque chose avec eux pour qu’ils cassent tout… C’est ça que j’ai du mal à admettre. Ils ont fait leur jeu. Comme dans la vie, on ne peut pas apprécier tout le monde. J’ai un peu moins d’affinités avec eux, voire pas du tout. Mais je sais au fond de moi que ce ne sont pas des mauvaises personnes.

Comprenez-vous le choix de Vincent, qui se retourne contre ceux qui ont voulu faire pression sur lui ?
Je peux comprendre que sur le coup, Vincent vote Shanice. Avec la façon dont je lui ai parlé et la façon dont Shanice lui a parlé, je peux comprendre. Maintenant, ce que j’ai du mal à comprendre, c’est pourquoi il n’a pas voté contre Magali. On sait très bien que c’est lui qui a été voir les rouges en disant « On vote Shanice ». C’était une aubaine, pour eux. Je conçois que Vincent n’ait pas apprécié le coup de pression, on peut lui excuser le vote contre Shanice. Mais le vote contre Myriam ? On ne peut pas l’excuser ça, il n’y avait pas de coup de pression. Il a juste retourné sa veste. Quand tu fais du mal aux gens que j’apprécie, je suis obligé de rentrer en guerre.

Est-ce que vous avez des regrets vis-à-vis de votre aventure ?
Je ne peux pas avoir de regrets, je suis quelqu’un d’entier. C’est mon tempérament ! Je suis une grande gueule, mais j’ai un fond très gentil. Quand j’aime, je donne à 2000%, je donne tout pour les personnes que j’apprécie. Et quand on me fait du mal ou à mes proches, c’est vrai que je peux être – excusez-moi l’expression – une tête de con. C’est ma façon d’être… A quoi ça sert d’avoir des regrets ? On ne va pas revenir en arrière, le jeu est fait, c’est fini.

Est-ce que vous aimeriez refaire Koh-Lanta ?
Sincèrement, quand je suis revenu de Koh-Lanta, j’ai dit : « Plus jamais je ne me mettrai dans une galère comme ça ! » C’est passé au travers de ma tête, mais même pas cinq secondes. Et au final, c’est tellement une aventure magnifique, tellement un dépassement de soi, le plus beau challenge d’une vie… C’est tellement beau ce qu’on a vécu que j’y retourne demain !

En participant à Koh-Lanta, vous vouliez rendre votre père fier. Vous pensez que c’est le cas ?
Mon père, malheureusement, que je sois à Koh-Lanta ou pas, il ne s’en rend pas compte. Avec la maladie qu’il a (le syndrome de Korsakoff, ndlr), il ne se souvient même pas, des fois, que je suis son fils. J’ai fait Koh-Lanta pour moi et pour le rendre fier, parce que je me suis dit que puisqu’il est tombé malade jeune, je devais vivre la vie qu’il n’a pas vécue. Il n’a plus sa tête, je ne peux savoir s’il est fier de moi ou pas. J’espère qu’il l’est, mais au final de je ne le saurai jamais. C’est triste, mais c’est comme ça. C’est ce qui fait ma force de caractère.

Comment ont réagi vos proches en suivant votre aventure ?
Mon frère, ma sœur, mes amis proches sont super contents : je les fais rire, comme je fais rire tout le monde dans la vie. Parce que les remarques, les phrases que je dis comme « la vengeance est un plat qui se mange froid et ce soir je vais manger congelé », c’est des choses que je dis à mes potes pour les chambrer. Je suis quelqu’un qui ne se prend pas au sérieux, parce que je sais qu’on n’est que de passage ici. J’en ai l’exemple avec mon papa… Je profite de la vie à 100%, j’adore rigoler et chambrer les gens. Après, ça ne plaît pas à tout le monde…

Source: Lire L’Article Complet