Célébrités

Gilles Pialoux : le spécialiste des maladies infectieuses juge les Français irresponsables face à la crise sanitaire

Interrogé le 11 juin 2021 par Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV, le spécialiste des maladies infectieuses Gilles Pialoux s’est montré passablement agacé par le comportement des Français face au Covid-19.

  • Jean-Jacques Bourdin

Bien que les différents indicateurs de l’épidémie de coronavirus en France affichent une baisse constante depuis quelques semaines grâce à la campagne de vaccination, l’infectiologue Gilles Pialoux reste cependant inquiet et pessimiste en ce qui concerne la suite de la crise sanitaire au sein de l’hexagone. Une position qu’il a maintenue lors de son interview face à Jean-Jacques Bourdin le 11 juin 2021 sur les antennes de la radio RMC et de la chaîne d’information en continu BFMTV. Le spécialiste des maladies infectieuses a par ailleurs profité de son échange avec le journaliste pour s’insurger contre le comportement d’une partie de la population française face au Covid-19.

Luttant contre “un été d’insouciance totale”, le chef des maladies infectieuses de l’hôpital Tenon à Paris s’est montré particulièrement agacé par le fait que certaines personnes ne respectent pas strictement plusieurs mesures non négociables à ses yeux. “Les Français anticipent sur les mesures, si on leur dit d’enlever le masque en juillet, ils le feront le 15 juin, ils anticipent les annonces et les dépassent, à faire plus que ce qui est dit. Il faut en tenir compte,” a affirmé Gilles Pialoux, qui estime donc que de nombreux citoyens agissent de manière irresponsable face à la crise sanitaire. Un comportement qui pourrait éventuellement entraîner une 4ème vague à l’automne, ce que redoute notamment Martin Blachier.

“On n’est pas du tout dans la situation où on était en juillet dernier”

Pour appuyer ses propos, l’infectiologue a pris pour exemple son propre service au sein de l’hôpital Tenon à Paris. On est en permanence autour de 13 malades en hospitalisation et sur 20 lits, il y en a 12 consacrés à la réanimation. On n’est pas du tout dans la situation où on était en juillet dernier avec zéro patient qui rentrait,” a expliqué Gilles Pialoux, tout en estimant que la campagne de vaccination en France est “trop lente”. “Tout le monde est focalisé sur l’été, nous on l’est sur l’automne”, a-t-il poursuivi, en rappelant par ailleurs que “les soignants sont épuisés” et “très inquiets par une recrudescence” de l’épidémie dans le pays.

Source: Lire L’Article Complet