Célébrités

Emmanuel Macron tranche dans le vif : il démet un ambassadeur de l’environnement

La sanction est tombée. Après avoir soutenu Valérie Pécresse plutôt que le candidat de la majorité présidentielle aux régionales, l’ambassadeur de l’environnement Yann Wehrling a été écarté par Emmanuel Macron.

C’est le deuxième ambassadeur à l’environnement qu’il choisit puis écarte. Après une Ségolène Royal jugée trop critique, début 2020, Emmanuel Macron démet cette fois Yann Wehrling. Nommé en décembre 2018, l’ex-secrétaire général du MoDem a été informé que le président envisageait de mettre fin à sa mission il y a une dizaine de jours. Avant d’être officiellement écarté mercredi, “sur proposition du ministre de l’Europe et des affaires étrangères”, Jean-Yves Le Drian, comme l’explique Le Monde.

“Chaque année, un écologiste quitte la majorité, a déploré Yann Wehrling, qui cite notamment Nicolas Hulot et Cédric Villani. Il existait au début de la mandature une espérance à laquelle beaucoup avaient cru. Moi, j’ai tenu le coup jusqu’à présent. Mais aujourd’hui, la majorité présidentielle a décidé de rompre notre relation de confiance. Cette décision éloigne plus encore les écologistes progressistes de la majorité, regrette l’ancien des Verts. Un sentiment amer qu’il a également exprimé avec un dessin représentant le bateau de la majorité présidentielle qui fonce sur un iceberg en 2022.

Le Président de la République met fin à ma mission d'ambassadeur à l'environnement. Ma réaction : pic.twitter.com/p8EzRgjeEy

Ecarté sans explication, Yann Wehrling ne cache pas sa frustration. “Je ne comprends donc pas cette mesure, alors qu’Emmanuel Macron lui-même saluait il y a quelques semaines mon bilan, jugé solide, poursuit l’Alsacien. Je n’ose imaginer qu’une telle décision ait pu être motivée par des considérations partisanes et politiciennes.”

Sauf qu’il a bien une petite idée de ce que cache cette décision. Conseiller régional MoDem en Ile-de-France, il a décidé d’apporter à nouveau son soutien à Valérie Pécresse lors du prochain scrutin, alors que Laurent Saint-Martin est le candidat de la majorité présidentielle. Résultat, il a été suspendu par son parti, en plus de recevoir aujourd’hui cette autre punition. Une décision forte d’Emmanuel Macron qui en appelle d’autres, puisqu’un grand dégraissage se prépare pour l’après-régionales.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet