Célébrités

Emmanuel Macron pique un coup de sang et engueule un journaliste

Ce mardi 1er septembre, alors en voyage officiel au Liban, Emmanuel Macron s’est emporté contre un journaliste du Figaro. Les caméras de LCI ont pu capturer le coup de sang du président, causé par un article paru sur le net.

Emmanuel Macron est arrivé au Liban ce lundi 31 août, et cette visite est pour le moins importante. Le président de la République venait plus de trois semaines après l’incroyable explosion qui s’est passée près du port de la ville et comptait bien évoquer la grande crise politique traverser par le pays et célébrer le premier centenaire de la proclamation du Grand-Liban. La visite de celui qui a été taquiné par Angela Merkel se passait bien jusqu’à ce mardi 1er septembre, où il s’est emporté contre un journaliste français.

Les caméras de LCI, présentes pour cette visite officielle, ont pu capter l’incroyable coup de gueule d’Emmanuel Macron contre Georges Malbrunot, journaliste au Figaro. “Ce que vous avez fait là, compte tenu de la sensibilité du sujet, compte tenu de ce que vous savez de l’histoire de ce pays, est irresponsable. Irresponsable pour la France, irresponsable pour les intéressés ici, et grave d’un point de vue déontologique“, a lancé celui dont la rentrée a été perturbée par Edouard Philippe. Et de poursuivre : “Vous m’avez toujours entendu défendre les journalistes. Je le ferai toujours. Mais je vous parle avec franchise. Ce que vous avez fait est grave, non professionnel et mesquin.” Que s’est-il passé pour que le chef de l’Etat pique ce coup de sang ?

🔴 DOCUMENT LCI/TF1 -"Ce que vous avez fait est grave" : au Liban, la colère d'Emmanuel Macron contre un journaliste français >> https://t.co/UBuLGjVEU0 #La26 @TF1LeJT pic.twitter.com/NcVcSkh7we

Un article en cause ?

D’après les informations de LCI, c’est suite à la publication de l’article Liban : le pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah, ce 31 août, que le président s’est énervé. Le journaliste y évoque une entrevue entre le président et Mohammed Raad, le chef du bloc parlementaire du Hezbollah, et rapporte des propos qui étaient confidentiels. Sur LCI, le journaliste Michel Scott est revenu sur ces propos qui auraient pu créé un incident diplomatique. “Il y a une hypersensibilité sur ce sujet. Le moindre propos peut provoquer un dérapage“, a-t-il estimé.

Crédits photos : Dominique Jacovides / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet