Célébrités

Emmanuel Macron giflé : son agresseur « rempli de dégoût »

En début d’après-midi, ce jeudi 10 juin, s’est ouvert le procès de Damien T, l’auteur présumé de la gifle assénée à Emmanuel Macron lors de son déplacement dans la Drôme, il y a deux jours. À la barre, l’agresseur a expliqué son geste.

Une scène qui a fait couler beaucoup d’encre, et ce n’est pas fini. Alors qu’Emmanuel Macron est en déplacement à Tain-l’Hermitage (Drôme) ce 8 juin, il est victime d’une agression. Deux jours après cette séquence qui en a fait réagir plus d’un et rigoler d’autre, l’auteur présumé de la gifle infligé au président de la République a expliqué son geste à la barre lors de son passage en comparution immédiate ce jeudi 10 juin.

D’après BFMTV, Damien T. n’a pas “contesté son geste” et a également indiqué vouloir “être jugé immédiatement” en refusant un possible renvoi de l’audience. L’homme de 28 ans a expliqué avoir d’abord “envisagé de lancer un oeuf ou une tarte à la crème” sur Emmanuel Macron. Mais il a préféré le gifler après avoir été “rempli de dégoût” lorsqu’il a vu le président s’approcher de la foule, et donc de lui. Pour Damien T., il est évident que “Macron représente très bien la déchéance de notre pays.” Questionné sur son agressivité, l’homme a concédé que “l’acte est regrettable, mais je n’ai aucunement envisagé de le commettre.”

#Macron se fait gifler en direct de #Tain pic.twitter.com/tsXdByo22U

Emmanuel Macron giflé : un geste surprenant

Loïc Dauriac, un ami de l’auteur présumé des faits, s’est confié à RMC à propos de cette agression. Il s’est dit étonné par ce comportement violent : “C’est une personne qui est normalement adorable, sans problèmes (…) Pour moi, il n’était pas capable de faire ça, a-t-il déclaré. Selon lui, son ami n’a pas prémédité son geste : “Quand on est arrivé là-bas, c’était dans l’optique de discuter avec M.Macron, parce que c’est vrai que quand on entend M.Macron dire qu’on a pas de culture et que nous, on se tue à essayer de faire vivre la culture dans notre ville, ça nous fait mal.” Il s’agit simplement d’un “coup de sang”, avant de conclure par la phrase : “y a beaucoup de Français à sa place qui auraient voulu faire pareil.” La version des faits est similaire entre les deux hommes : la gifle n’était pas préméditée et la “colère” a pris le dessus.

Crédits photos : Blondet Eliot/ABACA

Autour de

Source: Lire L’Article Complet