Célébrités

Delphine Jubillar « ne serait jamais sortie la nuit en nuisette » : ses amies racontent

Ce jeudi 22 juillet, nos confrères du Point sont allés à la rencontre de plusieurs amies de Delphine Jubillar. L’une d’elles affirme que l’infirmière ne serait jamais sortie de chez elle en nuisette, cette nuit de décembre 2020.

L’enquête sur la disparition de Delphine Jubillar se poursuit. Voilà sept mois que l’infirmière de 33 ans a mystérieusement disparu, dans la nuit du 15 au 16 décembre, à Cagnac-les-Mines, près d’Albi dans le Tarn. Le 18 juin dernier, son époux Cédric Jubillar a été mis en examen pour “homicide volontaire par conjoint”. Depuis, l’artisan-peintre de 33 ans est incarcéré à la maison d’arrêt de Seysses, près de Toulouse, en Haute-Garonne. Il continue de nier avoir tué celle qui est son épouse et la mère de ses enfants. Nos confrères du Point ont rencontré un groupe d’amies de Delphine Jubillar qui ont accepté de témoigner, dans un reportage mis en ligne ce jeudi 22 juillet 2021.

Dans la matinée même, plusieurs amies proches de Delphine Jubillar ont organisé une nouvelle battue, autorisée par les gendarmes. Elles avaient donné rendez-vous aux volontaires à 9 heures sur le parking du cimetière de Saint-Dalmaze, à Cagnac-les-Mines. Parmi les amies de la jeune femme disparue, l’une d’elles est désormais convaincue que Cédric Jubillar a tué son épouse. Si elle avait des doutes au début, la mise en examen du père de famille et les “preuves” démontrées par le procureur de la République lors de sa conférence de presse le 18 juin, ont fini par convaincre l’amie de Delphine Jubillar. “Delphine n’était pas bête, elle ne serait jamais sortie la nuit en nuisette”, a-t-elle assuré à nos confrères.

Ses enfants, la priorité de Delphine Jubillar

Pour les trois amies de Delphine Jubillar, ses deux enfants comptaient plus que tout pour l’infirmière. “Ses enfants, c’était sa vie, sa priorité, la prunelle de ses yeux”, a lancé l’une des femmes, avant que les deux autres n’acquiescent. Toutes les trois ont notamment évoqué “avec émotion”, un médaillon que la mère de famille porte autour du cou. À l’intérieur du pendentif, se trouve le lait maternel avec lequel Delphine Jubillar a nourri sa petite dernière, âgée de 18 mois au moment de la disparition de sa mère. “Jamais elle ne les aurait abandonnés”, ont assuré les trois amies.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Capture d’écran Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet