Célébrités

Coralie Dubost : son plaidoyer pour toutes les familles

Coralie Dubost, députée et cheffe de file LREM sur la proposition de loi visant à réformer l’adoption, dénonce auprès de Franceinfo l’attitude de certains parlementaires de droite qui ont déposé jusqu’à 300 amendements pour empêcher l’adoption du texte. Elle plaide également pour une vision plus moderne de la famille.

Alors que le débat public est tourné vers la proposition de loi relative à la “sécurité globale” et son polémique article 24, un autre texte de loi, non moins important, était discuté ce 2 décembre à l’Assemblée nationale. La proposition de loi visant à réformer l’adoption prévoit notamment d’ouvrir la possibilité d’adopter aux couples pacsés ou en union libre. Un texte majeur qui vaut à Coralie Dubost, cheffe de file de LREM sur la question, de monter en première ligne. “L’objectif de notre réforme est surtout tourné vers l’enfant, lui permettre de sécuriser son parcours de vie. Il s’agit de trouver une famille pour un enfant et non l’inverse, a défendu la parlementaire, auprès de Franceinfo.

La députée de l’Hérault estime que c’était un peu hypocrite, très injuste” et “désuet” de réserver l’adoption aux couples mariés et aux célibataires. “Elle correspond à une vision de la société qui n’est pas celle du XXIe siècle”, poursuit-elle. Un avis loin d’être partagé par certains parlementaires de droite, considérant que le mariage serait un cadre plus protecteur pour les enfants. “Ils nous rejouent tous les débats qu’on a eus pendant la loi de bioéthique, ils ont déposé 300 amendement tous tournés autour de ce sujet-là, dénonce Coralie Dubost. “On a deux visions de la famille très différentes. Pour eux, la famille c’est un papa, une maman, un mariage. (…) C’est une vision de la famille très traditionnelle qui n’est pas celle que nous portons. Nous pensons que les familles sont plus diverses.

“Ce n’est pas votre statut matrimonial qui fait de vous un bon parent”

La compagne d’Olivier Véran revendique le droit pour tous les individus “divorcés, célibataires, en union libre” de pouvoir adopter. Ce n’est pas votre statut matrimonial qui fait de vous un bon parent, poursuit-elle auprès de nos confrères. “On a des enfants qui aujourd’hui en France attendent une famille, qui ont besoin d’un accueil. Et il y a des parents qui sont volontaires pour accompagner ces enfants. Pourquoi empêcher cela ?

Crédits photos : SIPA

Source: Lire L’Article Complet